Rubygate : sept ans de prison requis en appel contre Berlusconi

le
0
Rubygate : sept ans de prison requis en appel contre Berlusconi
Rubygate : sept ans de prison requis en appel contre Berlusconi

L'avocat général de la Cour d'appel de Milan, en Italie, a requis sept ans de prison à l'encontre de Silvio Berlusconi au cours du procès en appel de l'affaire du «Rubygate». En l'absence de l'ancien président du Conseil italien, le parquet a confirmé la peine déjà prononcée en première instance, le 24 juin 2013, estimant celle-ci «sévère mais incontestable».

Sans immunité parlementaire et en déclin politique depuis son exclusion du Sénat à l'automne 2013, le Cavaliere se trouvait à à Cesano Boscone, près de Milan, dans un centre pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Il y purge une peine de Travail d'intérêt général (TIG) d'un an pour fraude fiscale dans l'affaire du procès Mediaset. 

Silvio Berlusconi avait écopé, en première instance du procès du «Rubygate», d'une peine de sept ans de prison assortie de l'inéligibilité à vie. Alors défendu par ses avocats historiques Niccolo Ghedini et Piero Longo, il avait dû changer d'avocats après que ceux-ci aient fait l'objet d'une enquête pour des soupçons de corruption de témoins. 

Berlusconi risque un total de onze ans de prison

Malgré ses nombreux démentis, l'ancien Président du conseil italien avait été reconnu coupable à l'issue de cette affaire. Il était accusé d'avoir payé les faveurs de Karima El-Maghroub, une jeune marocaine baptisée «Ruby la voleuse des c?urs» alors que celle-ci était encore mineure. Après un larcin commis par cette dernière, il avait fait pression sur la préfecture de Milan afin qu'elle soit relâchée en affirmant qu'elle était la petite-fille de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak, renversé en 2011.

Le procès du «Rubygate» avait donné lieu à un défilé de jeunes femmes qui avaient raconté les fêtes dans la villa du milliardaire à Arcore, près de Milan. Elles avaient décrit des dîners élégants, en contradiction avec ce qui ressortait des écoutes de leurs téléphones ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant