«Rubygate» : procès le 6 avril pour Berlusconi

le
0
Le président du Conseil italien est soupçonné d'avoir eu des relations sexuelles tarifées avec une mineure et d'avoir tenté d'étouffer l'affaire.

Pourtant habitué des affaires, celle-ci pourrait être lourde de conséquences pour Silvio Berlusconi. Le président du Conseil italien, au centre du scandale dit du «Rubygate», a été mis en examen mardi pour soupçons de relations sexuelles tarifées avec une mineure et de tentative d'étouffement de l'affaire. Une juge a ordonné sa comparution immédiate. Grâce à cette procédure accélérée, son procès s'ouvrira le 6 avril à Milan.

La magistrate a suivi les recommandations du parquet, qui a réclamé mercredi dernier la comparution immédiate de Silvio Berlusconi pour de présumées relations sexuelles tarifées avec une jeune danseuse marocaine, Karima el Mahroug dite Ruby, alors qu'elle n'avait pas 18 ans, l'âge légal de la prostitution en Italie. Le parquet reproche au chef du gouvernement italien d'avoir usé de son influence pour faire libérer Ruby, interpellée fin mai pour un vol présumé d'un montant de 3.000 euros. La justice accuse aussi Silvio Berlusconi d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant