«Rubygate» : Berlusconi nie en bloc

le
0
Accusé d'avoir eu des relations tarifées avec une mineure, l'ex-président du Conseil italien a comparu pour la première fois à son procès.

Rome

Silvio Berlusconi comparaissait vendredi pour la première fois devant les juges de son procès pour relations sexuelles tarifées avec une mineure, ouvert à Milan en avril 2011. Il a fermement démenti avoir eu des relations intimes avec Karima El Mahroug, alias «Ruby», la jeune Marocaine, âgée de 17 ans à l'époque des faits, à l'origine du scandale du «Rubygate».

L'ancien président du Conseil n'a pas varié d'un pouce de la version développée lors des audiences précédentes par ses avocats ou dans ses propres déclarations écrites: «Je peux exclure en toute tranquillité que des scènes de nature sexuelle se soient jamais déroulées chez moi», a-t-il affirmé en lisant un texte écrit.

Le parquet l'accuse d'avoir participé à des orgies qui auraient eu lieu dans sa résidence privée d'Arcore, aux portes de Milan, au cours de l'hiver et du printemps 2010. Le Cavaliere a reconnu que des bals masqués avaient eu lieu, tout en assurant qu'ils «n'avaient pas étü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant