Rubis: une robuste tendance organique et bilan très sain.

le
0

(CercleFinance.com) - Avec un bond de 9% ce midi à la Bourse de Paris, à 81,6 euros, l'action Rubis tenait de loin la tête de l'indice large SBF 120 après la publication de bons résultats semestriels, d'ailleurs supérieurs aux attentes. Non seulement la dynamique organique s'avère soutenue, mais Rubis a les moyens de continuer sa politique d'acquisition.

En effet, le stockeur et distributeur de produits pétroliers a confirmé hier son statut de valeur de qualité en publiant, au titre de son premier semestre, un CA en hausse de 12% à 1,15 milliard d'euros, un résultat opérationnel courant amélioré de 44% à 160 millions, et un bénéfice net part du groupe de 104 millions (+ 31%).

Si les investissements ont augmenté d'une douzaine de millions à 76 millions, le capacité d'autofinancement décolle de 45% à 165 millions.

Ces comptes confirment la bonne santé du groupe et aussi sa capacité à sélectionner, à acheter et à intégrer d'autres sociétés dans de bonnes conditions: en effet, à périmètre constant, son bénéfice net semestriel n'aurait augmenté 'que' de 10%. Ce qui signale aussi, au passage, une belle dynamique organique.

Enfin, non seulement les acquisitions sont bien gérées, mais elles sont relutives et le groupe sait rapidement restaurer son bilan : comparée à des fonds propres de 1,8 milliard, la dette nette du groupe se limitait au 30 juin à 282 millions. Soit un “gearing” de moins de 16% ! Rubis a donc les moyens d'étendre de nouveau son périmètre.

Les réactions des analystes sont d'ailleurs des plus positives. Chez Oddo & Cie, on salue une 'excellente gestion dans un contexte loin d'être évident'. Les spécialistes n'attendaient d'ailleurs qu'une hausse de 9% du résultat net à périmètre comparable. Explications : des gains de productivité dans la distribution en Europe, une hausse de la consommation et des parts de marché en France, et l'absence d'incident majeur en Afrique chez Eres, spécialiste du bitume récemment acquis.

De la réunion d'analystes, Oddo retient que la direction estime que la tendance proforma du 2e semestre devrait être proche de celle du premier. 'Le discours (de la direction de Rubis, ndlr) s'avère en revanche plus prudent que d'habitude sur le sujet de la croissance externe (du moins à court terme) compte tenu des niveaux de valorisation jugés trop élevés pour les cibles à l'étude', rapporte cependant Oddo. Neutre sur la valeur, le bureau d'études a mis son objectif (65 euros pour l'heure) sous revue.

Plus optimiste, le bureau d'études nantais Portzamparc salue des comptes intermédiaires 'de très bonne qualité dans chacun des segments d'activité. Le groupe parvient à améliorer sa rentabilité même dans les zones où les volumes distribués sont stables', indique une note de recherche. 'Toutes les divisions contribuent à la croissance', souligne Portzamparc, et le bilan est qualifié de 'très solide'. De 'conserver', les analystes ont relevé leur conseil à 'renforcer', avec un objectif de cours de 82,2 euros.

Son de cloche plus positif encore chez Berenberg, à l'achat sur le dossier. Comme leurs confrères, les analystes soulignent la belle dynamique de Rubis : 'de notre point de vue, la résilience de la croissance organique du groupe et l'éventualité de fusions-acquisitions ne sont pas reflétées par le cours actuel du titre, qui présente une décote de 30% sur les valeurs comparables', indique une note de recherche. L'objectif de Berenberg : 107 euros

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant