RSF épingle les États et les sociétés privées qui surveillent et censurent internet

le
0
RSF épingle les États et les sociétés privées qui surveillent et censurent internet
RSF épingle les États et les sociétés privées qui surveillent et censurent internet

Reporters sans frontières a désigné mercredi 31 institutions "ennemies d'internet" pour leur rôle au c?ur des systèmes de surveillance ou de censure des États, dont trois, la NSA américaine et ses homologues britannique et indienne, appartiennent à des démocraties. Dans son rapport 2014 sur les "ennemis d'internet", publié mercredi à l'occasion de la Journée mondiale contre la cyber-censure (12mars.rsf.org), RSF dénonce particulièrement les pratiques de la NSA (National Security Agency) et du GCHQ britannique (Government Communications Headquarters).Ces deux agences gouvernementales ont "espionné les communications de plusieurs millions de citoyens, dont de nombreux journalistes, introduit sciemment des failles de sécurité dans les matériels servant à acheminer les requêtes sur Internet et piraté le coeur même du réseau dans le cadre des programmes Quantum Insert pour la NSA et Tempora pour le GCHQ", écrit RSF.Ce faisant, estime RSF, elles ont transformé internet, "un bien commun", en une "arme au service d?intérêts particuliers, bafouant au passage la liberté d?information, la liberté d'expression et le droit à la vie privée".Ces pratiques de surveillance de ces trois pays, dont certaines ont été révélées par le lanceur d?alerte Edward Snowden, sont "d?autant plus intolérables qu?elles seront - et sont déjà - utilisées comme argument par des pays autoritaires tels que l'Iran, la Chine, le Turkménistan, l?Arabie Saoudite ou le Bahreïn pour justifier leurs propres atteintes à la liberté de l?information", déplore RSF."Comment les Etats dits démocratiques pourraient-ils désormais s?ériger en donneurs de leçons quant à la protection des acteurs de l?information alors qu?ils adoptent les pratiques qu?ils dénoncent chez ces régimes anti-démocratiques ?", s'interroge l'ONG.- 'Dealers de la surveillance' -Outre les agences de sécurité nationales ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant