RSA, impôts, PS... Ce qu'il faut retenir des annonces de rentrée de Hollande

le
24
RSA, impôts, PS... Ce qu'il faut retenir des annonces de rentrée de Hollande
RSA, impôts, PS... Ce qu'il faut retenir des annonces de rentrée de Hollande

Pour sa rentrée annoncée comme celle de tous les dangers, François Hollande répond aux critiques par une avalanche d'annonces. Mesures fiscales en faveur des foyers les plus modestes, professions réglementées, ouverture des magasins le dimanche, introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives... Le chef de l'Etat entend «accélérer les réformes» quand son Premier ministre affirmait encore ce week-end qu'il était «hors de question» pour son gouvernement de changer de politique. 

ECONOMIE.

Fusion de la prime pour l'emploi et du RSA activité.  L'objectif de cette mesure est de «favoriser la reprise du travail et améliorer la rémunération des salariés précaires» explique le chef de l'Etat au quotidien. Il s'agit aussi pour le gouvernement de compenser la censure constitutionnelle du volet social du pacte de responsabilité.

PPE et RSA activité, c'est quoi ?

La prime pour l'emploi (PPE) avait été instaurée en 2001 sous Lionel Jospin pour «inciter au retour à l'emploi ou au maintien de l'activité». C'est un crédit d'impôt qui a bénéficié à 6,3 millions de foyers fiscaux en 2012. Son barème est gelé depuis 2009 et son montant moyen atteint 434 euros par an. Elle devait coûter à l'Etat près de 2,5 milliards d'euros en 2013, un montant presque divisé par deux depuis 2008, soulignait le député PS Christophe Sirugue dans un rapport remis en 2013 au gouvernement.

Le «RSA activité» est un autre dispositif de soutien aux travailleurs modestes. 700.000 foyers en bénéficient. Lui aussi est jugé peu efficace.

Modification du barème de l'impôt sur le revenu.  Sans plus de précision, le chef de l'Etat annonce qu'une seconde grande mesure, «visera à rendre plus juste et plus simple le barème de l'impôt sur le revenu notamment pour les premières tranches». 

Quand seront engagées ces deux réformes ? «Dès la loi de finance pour une amélioration du pouvoir d'achat équivalente à ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M608962 le mercredi 20 aout 2014 à 19:36

    mille fois d'accord M825229 A QUAND LES ÉCONOMIES À LA HAUTEURS DE NOS DÉFICITS. Réduction de moitié du nombre des députés,plafonnement de leurs indemnités,avantages,revenus et retraites à 5 fois le SMIG. suppression du sénat.Retour aux 40h hebdomadaire pour TOUS.La retraite à 65 ans pour TOUS. 3js de délais de carence en arrêt maladie pour TOUS.Terminé les promotions à l'ancienneté dans la fonction publique.Réduction de moitié du nombre des élus dans les nouvelles régions

  • danielk6 le mercredi 20 aout 2014 à 19:25

    Vous avez mille fois raisons m8252219.

  • danielk6 le mercredi 20 aout 2014 à 19:21

    Tous les élus au RAS ,ces pilleurs de l'argent public.

  • FullOil le mercredi 20 aout 2014 à 15:58

    du social encore du social rien que du social c'est son éléctorat

  • M1765517 le mercredi 20 aout 2014 à 15:43

    Retenons : il faut approfondir les rencontres avec les partenaires sociaux !

  • M4426670 le mercredi 20 aout 2014 à 15:22

    En bref: il range sa "caisse à outils" et laisse les français travailler!

  • M4426670 le mercredi 20 aout 2014 à 15:21

    Suppression des "subventions", renégociation des "accords Schengen", ....

  • M4426670 le mercredi 20 aout 2014 à 15:20

    Abrogation des lois duflot sur le logement,

  • M4426670 le mercredi 20 aout 2014 à 15:19

    Il lui suffirait de libérer le travail: suppression des 35h, pas de mini d'heures pour les contrats à temps partiel, baisse des charges sociales et hausse de la TVA, réduction des "parlementaires", alignement des régimes de retraite......

  • M4098497 le mercredi 20 aout 2014 à 15:10

    Ca va s'inverser, ça s'inverse pas. Le déficit va diminuer, il diminue pas. Le nombre de logements va augmenter, il n'augmente pas. On va aller en Syrie puis on y va plus. On va mettre l'écotaxe puis on la met plus. Il me saoule