RPT-Wall Street monte, soulagée par le statu quo de la Fed

le , mis à jour le
0
    * Le Dow a gagné 0,9%, le S&P-500 1,09%, le Nasdaq 1,03% 
    * Nouveau record de clôture pour le Nasdaq 
    * La Fed pourrait relever les taux avant fin 2016 
    * La Banque du Japon avait favorisé la hausse en début de 
séance 
    * Tous les indices sectoriels S&P ont fini dans le vert 
 
 (Répétition sans changement d'une dépêche diffusée mercredi) 
    par Lewis Krauskopf 
    NEW YORK, 22 septembre (Reuters) - La Bourse de New York a 
fini en hausse marquée mercredi après la décision de la Réserve 
fédérale de laisser sa politique monétaire inchangée tout en 
ouvrant clairement la porte à une hausse de taux d'ici la fin de 
l'année. 
    L'indice Dow Jones  .DJI  a gagné 163,74 points, soit 0,9%, 
à 18.293,70 et le S&P-500  .SPX , plus large, a pris 23,36 
points (+1,09%) à 2.163,12. Le Nasdaq Composite  .IXIC  a avancé 
de son côté de 53,83 points (+1,03%) à 5.295,18, un nouveau 
record de clôture. 
    La Fed, au terme de deux jours de réunion de politique 
monétaire, a comme attendu annoncé le maintien de l'objectif du 
taux des fonds fédéraux à 0,25-0,50% mais elle a laissé entendre 
qu'elle pourrait le relever avant 2017, en soulignant la 
poursuite de l'amélioration du marché du travail.   
    Les traders estiment désormais à 64% la probabilité d'une 
hausse de taux en décembre, contre 58% avant le communiqué du 
Federal Open Market Committee (FOMC), selon le baromètre 
FedWatch.  
    Le marché actions a amplifié sa progression après le 
communiqué de politique monétaire et la conférence de presse de 
la présidente de la Fed, Janet Yellen. 
    "Tout le monde avait quelques doutes sur la possibilité 
qu'elle relève les taux aujourd'hui, mais une fois cette 
hypothèse écartée (...) les gens se sont sentis libres de 
remettre de l'argent dans les actions", a commenté Peter Tuz, 
président de Chase Investment Counsel.  
    Auparavant, Wall Street avait été tirée par la décision 
surprise de la Banque du Japon d'adopter une stratégie de 
"contrôle de la courbe des taux", qui la conduira à acheter des 
emprunts d'Etat à long terme pour maintenir le rendement des 
obligations à dix ans à son niveau actuel, proche de zéro. 
  
    Tous les grands indices sectoriels S&P ont fini la journée 
en hausse. La meilleure performance (+2,12%) revient à celui de 
l'énergie, qui a profité de la hausse marquée des cours du 
pétrole en réaction à une baisse inattendue des stocks de brut 
aux Etats-Unis.   
    Chevron  CVX.N  a gagné 1,98% et Exxon Mobil  XOM.N  0,92%. 
     
    LE DOLLAR ET LES RENDEMENTS OBLIGATAIRES EN BAISSE 
    "Le contexte est plutôt favorable aux actions avec des taux 
d'intérêt bas et des entreprises qui commencent à montrer des 
signes de bonne santé même si les bénéfices ne sont pas aussi 
solides qu'on le souhaiterait", dit Alan Rechtschaffen, gérant 
d'UBS à New York.  
    "Quand on les compare aux faibles taux d'intérêt actuels, 
certains éléments peuvent sembler attractifs alors que ce ne 
serait pas le cas dans un contexte normal de taux d'intérêt." 
    Sur le Nasdaq, Microsoft  MSFT.O  a pris 1,67% après 
l'annonce d'un relèvement du dividende et d'un plan de rachats 
d'actions de 40 milliards de dollars.   
    Parmi les autres hausses marquantes du jour, FedEx  FDX.N  a 
pris 6,89%, le marché saluant ses résultats trimestriels, 
marqués par un bénéfice supérieur aux attentes.   
    Adobe Systems  ADBE.O  a bondi de 7,12%. L'éditeur de 
logiciels a annoncé mardi soir une hausse de 20% de son chiffre 
d'affaires trimestriel, supérieure aux attentes.   
    A la baisse, Allergan  AGN.N  a cédé 0,1% pour sa deuxième 
séance consécutive dans le rouge, après une note d'analyse de 
Raymond James s'inquiétant du "rythme frénétique" des 
acquisitions du groupe pharmaceutique, conclues avec des primes 
"énormes". 
    Les échanges ont été nourris avec environ 7,6 milliards 
d'actions échangées sur les différents marchés américains, 
contre 6,8 milliards en moyenne sur les 20 séances précédentes, 
selon les données Thomson Reuters. 
    Du côté des changes, le dollar a perdu du terrain face aux 
autres grandes devises, affecté par l'absence de relèvement des 
taux comme par la révision à la baisse des prévisions de taux du 
FOMC pour les années à venir.  
    Le billet vert cédait en fin de journée plus de 0,5% face à 
un panier de référence  .DXY  et 0,34% face à l'euro, non loin 
de 1,12  EUR= . 
    Les rendements obligataires, eux, se sont logiquement 
orientés à la baisse : en fin de séance, celui des Treasuries à 
dix ans  US10YT=RR  était revenu à 1,655%, en baisse de trois 
points de base sur la journée.  
    L'écart entre les rendements à cinq et 30 ans était quant à 
lui retombé à 119 points de base, son plus bas niveau depuis 
plus d'une semaine.  
       
 
 (avec Yashaswini Swamynathan; Marc Angrand pour le service 
français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant