RPT-Wall Street finit en hausse, le S&P frôle son record

le
0
 (Répétition sans changement de la dépêche de jeudi soir) 
    * Le Dow a gagné 0,19%, le S&P-500 0,47%, le Nasdaq 0,74% 
    * Le S&P à trois points de sa clôture record du 15 août 
    * Une hausse de taux en décembre intégrée dans les cours 
    * Financières et biens de consommation mènent la hausse 
    * Wal-Mart freine l'avancée du Dow, Cisco également 
sanctionné 
 
    par Sinead Carew 
    NEW YORK, 17 novembre (Reuters) - Wall Street a fini en 
hausse jeudi, sous l'impulsion du secteur bancaire et des 
valeurs de consommation, dans un marché qui a intégré le 
scénario d'une hausse des taux de la Réserve fédérale le mois 
prochain. 
    L'indice Dow Jones  .DJI  a gagné 35,68 points, soit 0,19%, 
à 18.903,82 et le Standard & Poor's 500  .SPX  10,18 points ou 
0,47% à 2.187,12, terminant à trois points de sa clôture record 
du 15 août à 2.190,15 points. 
    Le Nasdaq Composite  .IXIC  a pris 39,39 points (0,74%) à 
5.333,97, soutenu par le compartiment technologique. 
    Le Dow, qui avait mis fin mercredi à une série de sept 
hausses consécutives, les quatre dernières ponctuées par des 
records, est reparti de l'avant sous l'impulsion des financières 
et malgré une baisse de plus de 3% de Wal-Mart  WMT.N . 
    Les banques ont été une nouvelle fois recherchées alors que 
se précise le scénario d'une hausse des taux directeurs de la 
Réserve fédérale à la mi-décembre, quand se tiendra la prochaine 
réunion de son comité de politique monétaire. 
    Devant une commission du Congrès, la présidente de la Fed 
Janet Yellen a déclaré jeudi que la banque centrale pourrait 
relever ses taux "assez vite", emboîtant le pas à d'autres 
membres de l'institution qui ont été plus clairs encore cette 
semaine.   . 
    L'annonce d'un bond de plus de 25% des mises en chantier de 
logements le mois dernier et d'une légère accélération de 
l'inflation ont conforté ce scénario, tout comme la statistique 
hebdomadaire des inscriptions au chômage qui est à son plus bas 
niveau depuis 43 ans.     
    Les traders évaluent à 83% la probabilité d'un resserrement 
monétaire en décembre, un an après un premier tour de vis donné 
par la Fed, selon les données de Thomson Reuters. 
    "Une hausse de taux en décembre est dans les cours. Un 
certain nombre de responsables de la Fed ont fait des 
déclarations en ce sens et ils tiennent à ce que le marché soit 
préparé", dit Erik Wytenus, spécialiste des investissements chez 
J.P. Morgan Private Bank.     
     
    BEST BUY EN VEDETTE, CISCO SANCTIONNÉ     
    Six des 11 grands indices sectoriels S&P-500  .SPX  ont fini 
en hausse, avec en tête les financières  .SPSY  dont l'indice a 
encore pris 1,25%, portant sa hausse à plus de 10% depuis 
l'élection de Donald Trump le 8 novembre. 
    Le secteur profite non seulement du contexte plus favorable 
des taux et de l'appréciation du dollar mais aussi des promesses 
du candidat Trump d'assouplir la réglementation bancaire. 
    Bank of America  BAC.N  et Wells Fargo  WFC.N , en hausse de 
plus de 1,5%, ont soutenu le S&P et, au sein du Dow Jones, 
Goldman Sachs  GS.N  a pris 1,63% et JPMorgan  JPM.N  0,80%. 
    En deuxième position, le secteur des biens de consommation 
non essentiels  .SPLRCD  s'est octroyé 1,2%, profitant de 
l'optimisme ambiant et de solides résultats de sociétés. 
    En vedette, le distributeur de produits électroniques Best 
Buy  BBY.N  a bondi de 13,70% après la publication de résultats 
trimestriels meilleurs que prévu. Home Depot  HD.N  (+2,87%) a 
signé de son côté la meilleure performance du Dow, aidé par la 
robustesse du marché immobilier, et Nike  NKE.N  a pris 1,80%.  
    Les technologiques ont poursuivi leur remontée à la faveur 
d'achats à bon compte après les rotations sectorielles dont 
elles ont fait les frais la semaine dernière. 
    Leur indice sectoriel S&P  .SPLRCT  a gagné 0,7%, soutenu 
par Microsoft  MSFT.O  qui a pris 1,66% après un relèvement de 
recommandation de Goldman Sachs. 
    Cisco  CSCO.O , en baisse de 4,81%, a toutefois fait 
exception, l'équipementier des réseaux étant sanctionné pour des 
prévisions de résultats jugées trop prudentes.   
    Le titre a subi la plus forte baisse du Dow Jones devant 
Wal-Mart, qui a lâché 3,08% après l'annonce de ventes 
comparables inférieures au consensus.   
    Quelque 7,4 milliards d'actions ont changé de mains au cours 
de la séance, à comparer à une moyenne de 7,9 milliards sur les 
20 dernières séances. 
    La hausse de taux prévisible et les indicateurs économiques 
du jour ont permis au dollar de poursuivre sa progression sur le 
marché des changes. L'indice dollar  .DXY , qui mesure le niveau 
du billet vert face à un panier de six grandes devises, a touché 
un nouveau plus haut de 13 ans et demi à 100,96, portant se 
hausse à 3,1% depuis le 8 novembre. 
    Le dollar s'échangeait à 1,0624 pour un euro  EUR=  et 
110,15 yens  JPY=  vers la clôture, en hausse de respectivement 
0,6% et 1,00% sur la séance. 
    Avec la vigueur du dollar, l'or a reculé jusqu'à 1.210 
dollars l'once, son plus bas niveau depuis le 3 juin, et les 
cours du pétrole se sont également orientés à la baisse. 
    Sur le marché obligataire, le rendement de l'emprunt à 10 
ans  US10YT=RR  s'est tendu à 2,281% et celui du 30 ans 
 US30YT=RR  à 2,992%. Le rendement des notes à 2 ans a grimpé à 
1,034%, au plus haut depuis le 5 janvier. 
 
 (avec Tanya Agrawal à Bangalore, Véronique Tison pour le 
service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant