RPT-Wall Street finit en hausse après un bon indicateur d'activité

le
0
    * ISM des services au plus haut depuis novembre dernier 
    * Le pétrole rebondit après deux jours de baisse 
    * Le Dow a pris 0,44%, le S&P 0,54% et le Nasdaq 0,75% 
 
 (Répétition sans changement d'une dépêche publiée mercredi 
soir) 
    par Marcus E. Howard 
    NEW YORK, 7 juillet (Reuters) - La Bourse de New York a 
terminé en hausse mercredi, contre la tendance sur les marchés 
européens, soutenue par le rebond du pétrole et la perspective 
que la Réserve fédérale retarde toute hausse de ses taux, alors 
même que la croissance de l'économie américaine s'accélère au 
deuxième trimestre.     
    Wall Street a effacé ses pertes dès l'annonce en début de 
séance d'une accélération de la croissance dans les services en 
juin, à son plus haut niveau depuis novembre.   
    Les minutes de la réunion de juin de la Fed montrant que ses 
responsables ont décidé de ne pas relever les taux tant qu'ils 
n'auraient pas une vision plus claire des conséquences du 
référendum britannique sur l'appartenance du Royaume-Uni à 
l'Union européenne, ont confirmé la tendance.   
    L'indice Dow Jones  .DJI  a gagné 78,00 points, soit 0,44%, 
à 17.918,62 points. Le S&P-500  .SPX , plus large, a pris 11,18 
points, soit 0,54%, à 2.099,73 points. Le Nasdaq Composite 
 .IXIC  a avancé de 36,26 points (+0,75%) à 4.859,16 points.  
    "L'argent que l'on voit affluer aux Etats-Unis résulte à mon 
avis de la volonté des investisseurs de profiter de cet oasis de 
croissance et de ce lieu de refuge", dit Nate Thooft, 
co-responsable des investissements chez Manulife Asset 
Management. 
    Sur le marché des taux, la probabilité que la Fed décide 
d'une deuxième hausse des taux cette année - après celle du mois 
de décembre 2015 - était encore plus faible après les "minutes" 
de sa dernière réunion. Les traders n'anticipent plus qu'à 19% 
les chances d'un relèvement des taux d'ici le mois de décembre. 
    Tous les indices sectoriels du S&P-500 ont fini dans le 
vert, celui de la santé  .SPHC  en tête avec un gain de 1,16%, 
tiré par Celgene  CELG.O  (+4,34%) et Merck  MRK.N  (+2,0%). 
    Facebook (+2,37%) a soutenu le Nasdaq et le S&P-500.  
     
    PROFITS ATTENDUS EN BAISSE 
    A la baisse, le groupe de chimie et de semences DuPont 
 DD.N  a perdu 1,8% après avoir été condamné à verser 5,1 
millions de dollars (4,6 millions d'euros) à un homme qui s'est 
plaint d'avoir développé un cancer des testicules lié à son 
exposition à des produits chimiques toxiques utilisés dans la 
fabrication du Teflon dans une de ses usines. Chemours  CC.N , 
qui a récemment fait l'objet d'une scission du groupe, se 
chargera de verser l'indemnité. Son titre a chuté de 22,48%.  
    Walgreens Boots Alliance  WBA.O  a perdu 2,36% après la 
publication de ses résultats et les commentaires de son 
directeur général affirmant qu'il se préparait à une longue 
période de volatilité à la suite du vote pour un Brexit.  
    Le dollar a légèrement perdu du terrain face à un panier de 
devises de référence  .DXY  en réaction aux minutes de la Fed, 
tandis que la livre sterling  GBP=D4  se maintient sous la barre 
de 1,30 dollar pour la première fois depuis 31 ans.  
    Les cours du pétrole gagnent près de 2%, après deux jours de 
baisse d'affilée, soutenus par le bon indicateur d'activité.     
    Le vote des Britanniques en faveur de la sortie de leur pays 
de l'Union européenne alimente le repli des investisseurs sur 
les valeurs jugées les moins risquées: le cours de l'or a 
atteint son plus haut niveau depuis deux ans  XAU=  et le 
rendement des emprunts d'Etat américains à dix ans a touché un 
nouveau plus bas historique  US10YT=RR , avant de se stabiliser 
sur des prises de profits et le bon indicateur d'activité. 
    Les responsables européens et américains se sont empressés 
de rassurer les investisseurs. La chancelière allemande Angela 
Merkel a dit que le "Brexit" aurait un impact limité sur 
l'économie du pays et le gouverneur de la Fed, Daniel Tarullo, a 
souligné que les marchés financiers étaient apparus bien 
préparés pour les conséquences du Brexit.    
    La volatilité des devises et les incertitudes sur les 
retombées économiques du référendum britannique du 23 juin 
alimentent les doutes sur le rebond attendu des profits des 
entreprises américaines. Les bénéfices des sociétés du S&P-500 
sont attendus en recul de 3,9% au deuxième trimestre par rapport 
à la même période de l'an dernier et le consensus d'un rebond au 
troisième trimestre pourrait être remis en cause. 
    Environ 7,4 milliards d'actions ont été échangées sur les 
marchés américaines, contre une moyenne de 7,72 milliards sur 
les 20 dernières séances. 
 
 (Avec Yashaswini Swamynathan, Juliette Rouillon pour le service 
français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant