RPT-Wall Street continue de profiter de l'effet Yellen

le
0
    * Le Dow gagne 0,47%, comme le Nasdaq, et le S&P-500 0,44% 
    * L'appétit pour le risque se confirme 
    * Apple et MetLife soutiennent la tendance 
 
 (répétition sans changement d'une dépêche passée mercredi soir) 
    par Noel Randewich 
    NEW YORK, 31 mars (Reuters) - La Bourse de New York a 
terminé en hausse mercredi, en profitant encore des déclarations 
de Janet Yellen la veille, qui ont apaisé les craintes sur le 
calendrier de relèvement des taux d'intérêt aux Etats-Unis et 
attisé l'appétit pour le risque. 
    La progression d'Apple  AAPL.O  et des valeurs financières, 
dans le sillage de MetLife  MET.N , a aussi soutenu la tendance. 
    L'indice Dow Jones  .DJI  a gagné 83,55 points, soit 0,47%, 
à 17.716,66. Le Standard & Poor's 500  .SPX , plus large et 
principale référence de nombreux investisseurs, a progressé de 
8,94 points (+0,44%) à 2.063,95 et le Nasdaq Composite  .IXIC  a 
pris 22,67 points (+0,47%) à 4.869,29. 
    Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale 
américaine, a jugé mardi approprié de procéder "prudemment" en 
matière de resserrement de la politique monétaire. Les 
observateurs en ont déduit que la probabilité d'un relèvement 
des taux en avril était désormais faible, ce qui a affaibli le 
dollar et profité à Wall Street.   
    "Le meilleur ami du marché continue d'être la Fed et les 
banques centrales à travers le monde", a dit Jeff Carbone, 
cofondateur de Cornerstone Financial Partners à Charlotte. 
"L'appétit des investisseurs pour le risque a augmenté." 
    L'indice CBOE de la volatilité  .VIX , qualifié d'"indice de 
la peur" à Wall Street, a terminé en baisse de 1,9%, à 13,56, un 
plus bas de clôture depuis le 17 août, juste avant que les 
inquiétudes sur la Chine ne dégénèrent en mouvement de panique 
sur les marchés financiers mondiaux. 
    Avec un gain de 1,75% à 109,56 dollars, Apple a été le 
principal contributeur à la hausse du S&P-500 et du Nasdaq à la 
suite d'un relèvement de recommandation et d'objectif de cours 
par Cowen & Co. 
    Toujours dans les valeurs technologiques  .SPLRCT , le plus 
vigoureux des 10 grands secteurs du S&P sur la séance (+0,7%), 
Microsoft a avancé de 0,62% à 55,05 dollars. Le groupe de 
Redmond a annoncé que Windows 10, le dernier-né de ses systèmes 
d'exploitation, comptait 270 millions d'utilisateurs actifs huit 
mois après son lancement.   
     
    BOEING, PLUS FORTE BAISSE DU DOW JONES 
    MetLife a pour sa part gagné 5,35% à 44,73 dollars à la 
suite de l'invalidation par la justice américaine d'une décision 
des autorités de régulation qui avaient classé l'assureur parmi 
les acteurs ayant une importance systémique pour le secteur 
financier aux Etats-Unis. 
    Ce jugement écarte dans l'immédiat la menace d'une 
réglementation plus stricte sur MetLife.   
    Il a profité à l'ensemble du sous-secteur de l'assurance aux 
Etats-Unis, dont l'indice  .SPXIN  a gagné 1,36% avec notamment 
des progressions de 2,12% pour AIG  AIG.N  et de 2% pour 
Prudential Financial  PRU.N . 
    Carnival Corp  CCL.N , leader mondial des croisières, a vu 
son titre prendre 5,50% à 52,37 dollars après la publication 
d'un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes et un 
relèvement de sa prévision de résultats sur l'ensemble de 
l'année. 
    Son concurrent Royal Caribbean Cruises  RCL.N  a aussi 
bénéficié de ces annonces avec un gain de 5,65% à 80,35 dollars, 
les deux titres signant les deux plus fortes hausses du S&P-500 
devant MetLife. 
    A l'inverse, Boeing  BA.N  a chuté de 1,76% à 128,58 
dollars, de loin la plus forte baisse du Dow Jones, après 
l'annonce de la suppression d'ici le milieu de l'année d'environ 
4.000 emplois dans ses activités d'avions de ligne et de 550 
autres dans sa division d'essais et de tests en laboratoire. 
  
    Selon deux sources, ces réductions d'effectif pourraient 
atteindre 8.000 postes cette année mais Boeing a qualifié ce 
nombre d'hypothétique et a démenti se fixer un objectif précis. 
    Sur le marché des changes, les déclarations de Janet Yellen 
ont continué d'affaiblir le dollar, qui a encore perdu plus de 
0,3% face à un panier de devises de référence  .DXY . Le billet 
vert est en baisse de près de 4% depuis le début de l'année et 
il est en passe de subir son plus fort recul trimestriel en 
pourcentage depuis cinq ans. Il a cédé mercredi quasiment 0,4% à 
l'euro, à 1,1332 dollar pour un euro. 
    Les rendements des bons du Trésor ont légèrement monté avec 
la prudence affichée par la présidente de la Fed concernant les 
taux, le rendement à 10 ans  US10YT=RR  progressant à 1,8281%. 
 
 (Bertrand Boucey pour le service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant