RPT-Wall St craint que la morosité gagne les résultats d'entreprises

le
0

(Modifie le deuxième astérisque avant la dépêche, le reste du texte est inchangé)

* Crise en Europe et ralentissement en Chine pourraient peser sur les résultats

* La chute de l'euro face au dollar pénalise les exportations américaines

* La période des résultats, qui s'ouvre le 11 octobre, s'annonce morose

* Mais certains veulent croire à de bonnes surprises

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK, 2 octobre (Reuters) - Une nouvelle semaine tendue s'annonce à Wall Street, où les investisseurs s'inquiètent d'un possible effritement des résultats d'entreprises sur fond de crise de la dette en Europe et de ralentissement de l'économie chinoise.

Les marchés d'actions américain ont chuté de plus de 2% vendredi, signant au troisième trimestre leur plus mauvaise performance trimestrielle en trois ans (voir ID:nL5E7KU398 ), et certains redoutent que les bénéfices des grands noms de la cote dévissent faute du soutien de la demande étrangère.

Ces deux dernières années, les ventes à l'export ont représenté en moyenne 30% du chiffre d'affaires des groupes cotés au S&P 500 .SPX , permettant aux résultats de nombre d'entre eux de dépasser les attentes des analystes.

"Si la zone euro s'effondre, cela aura un impact négatif énorme sur des sociétés comme McDonald's" MCD.N , juge Todd Schoenberger, de LandColt Trading.

"Je ne m'attends pas à des résultats trimestriels très fastes", ajoute-t-il. Le bal des publications trimestrielles doit commencer le 11 octobre avec Alcoa AA.N .

En outre, nombre de multinationales américaines avaient bénéficié ces derniers mois de la relative faiblesse du dollar pour soutenir leurs exportations. Mais l'euro affiche un recul trimestriel de plus de 7% face au billet vert EUR= , ce qui prive les sociétés de cet amortisseur.

Dernière grande entreprise en date à avoir abaissé sa prévision de bénéfice, Ingersoll-Rand IR.N a chuté de plus de 12% à Wall Street vendredi après cette annonce.

DE BONNES SURPRISES MALGRÉ TOUT ?

Alors que l'indice S&P 500 a chuté de 14,3% au troisième trimestre, soit 1.700 milliards de dollars de valorisation partis en fumée, une période de résultats décevantes ne pourrait qu'accentuer ce mouvement de repli, estiment les analystes.

La plupart d'entre eux ont revu à la baisse leurs anticipations de résultats. Selon des données Thomson Reuters, les bénéfices du troisième trimestre sont attendus en hausse de 13,3% par rapport à la même période de 2010, contre une progression attendue à 17% début juillet.

Dans ce contexte, les investisseurs surveilleront de près les indicateurs économiques pour tenter d'en savoir plus sur l'état de la croissance américaine.

Les chiffres de l'emploi, publiés vendredi, seront très attendus, de même que les indices ISM des directeurs d'achats du secteur manufacturier (lundi) et des services (mercredi).

Malgré tout, certains stratèges croient à de possibles bonnes surprises sur le front des résultats, comme Natalie Trunow, de Calvert Investment Management.

"Les multinationales américaines ne tirent pas nécessairement tous leurs bénéfices additionnels (du marché européen), et en Chine, les statistiques pointent vers un ralentissement mais pas un atterrissage brutal", estime-t-elle.

D'autres relèvent que la cure d'austérité drastique que les grandes entreprises se sont imposées après la crise financière de 2008 permettra de maintenir leurs comptes à flot.

"De notre point de vue, les entreprises américaines ont appris à faire des bénéfices dans ce contexte (difficile)", veut croire Hank Smith, responsable des investissements chez Haverford Trust.

(Jean Décotte pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant