RPT-USA-La Fed relève ses taux, encore deux hausses prévues en 2017

le
0
    * La Fed relève son taux principal d'un quart de point 
    * Elle maintient sa prévision de croissance et de chômage 
2017 
    * La Fed relève légèrement sa prévision d'inflation de base 
à 1,9% 
    * Yellen dit que l'économie US progresse comme anticipé 
    * Le dollar a baissé, Wall St a terminé en hausse après les 
annonces 
 
 (Répétition sans changement d'une dépêche initialement publiée 
mercredi) 
    par Howard Schneider et Jason Lange 
    WASHINGTON, 16 mars (Reuters) - La Réserve fédérale 
américaine a, comme prévu, relevé d'un quart de point son 
principal taux d'intérêt mercredi, donnant un tour de vis 
monétaire pour la deuxième fois en trois mois et prenant ainsi 
acte de la bonne santé du marché du travail et d'une inflation 
qui se rapproche enfin de son objectif. 
    Ce nouveau pas vers une normalisation progressive de la 
politique monétaire, annoncé à l'issue de deux jours de débats 
du Federal Open Market Committee (FOMC), était jugé acquis par 
la quasi-totalité des investisseurs dans un contexte marqué par 
des indicateurs économiques globalement solides. 
    Lors de la conférence de presse qui a suivi l'annonce de la 
décision du FOMC, la présidente de la Fed Janet Yellen s'est 
montrée confiante dans la trajectoire prise par la première 
économie mondiale. 
    "Nous avons constaté au cours des derniers mois que 
l'économie s'était améliorée exactement comme nous l'avions 
anticipé. Nous sommes assez confiants au sujet de la trajectoire 
de l'économie", a-t-elle dit. 
    L'objectif de taux des fonds fédéraux ("fed funds"), 
principal instrument de la politique monétaire de la Fed, est 
ainsi porté à 0,75%-1,0%, se rapprochant ainsi du bas de la 
fourchette dans laquelle il se situait avant la crise financière 
de 2007-2009. 
    Comme lors de sa précédente hausse des taux, intervenue en 
décembre 2016, la Fed a dit anticiper en tout trois hausses du 
loyer de l'argent en 2017 et trois autres en 2018.  
    Malgré le relèvement des taux directeurs, décision 
généralement favorable à la monnaie du pays concerné, le dollar 
a baissé de plus de 1% face à un panier de devises 
internationales  .DXY , certains intervenants étant déçus que la 
banque centrale n'ait pas laissé entrevoir quatre hausses des 
taux cette année. 
    Les rendements des emprunts du Trésor ont également 
fortement reculé, mais Wall Street a de son côté gagné plus de 
0,5%, les investisseurs étant rassurés par le maintien du 
calendrier de la Fed.    
    "(Ces annonces) apaisent certaines craintes que nous avions 
que la Fed relève peut-être ses taux à un rythme plus rapide à 
l'avenir. Ils ont choisi de ne pas donner ce signal", dit Brad 
McMillan, responsable de la gestion chez Commonwealth Financial. 
     
    DÉCISION PRISE À NEUF CONTRE UN 
    Bien que l'inflation soit "proche" de son objectif à moyen 
terme de 2%, la Fed a laissé entendre qu'elle pourrait être 
disposé à laisser les prix augmenter à un rythme plus rapide. Sa 
propre mesure de la hausse des prix se situe à 1,7% aujourd'hui. 
    Depuis quelque temps, Janet Yellen répète que la Fed était 
mieux équipée pour lutter contre l'inflation que pour faire face 
à un soudain retournement de conjoncture ou à une poussée du 
chômage. 
    "Le moment semble bien choisi pour rappeler aux Américains 
que (...) parfois (l'inflation) va être sous les 2%, parfois 
elle sera au-dessus de 2%. (L'objectif de) 2% n'est pas un 
plafond", a-t-elle déclaré devant les journalistes. 
    L'investissement des entreprises "semble s'être quelque peu 
raffermi" a dit la Fed dans son communiqué, un commentaire qui 
reflète un sentiment plus fort du dynamisme de l'économie. 
    "Avec des ajustement progressifs de la politique monétaire, 
l'activité économique va croître à un rythme modéré", a-t-elle 
dit, usant des mêmes termes que dans ses communiqués précédents. 
    Les projections économiques de la Fed sont sans grands 
changements par rapport à décembre et donnent peu d'indications 
concernant sa vision de l'impact de la politique du président 
américain Donald Trump sur l'économie en 2017 et au-delà. 
    La présidente de la Fed, Janet Yellen, a déclaré que la 
modification de la politique monétaire n'était pas le reflet de 
conjectures de la banque centrale concernant le programme 
économique de Trump et qu'il y avait de grandes incertitudes sur 
sa politique budgétaire. 
    La Fed a maintenu ses projections de croissance et de taux 
de chômage aux Etats-Unis cette année et a revu en légère hausse 
son anticipation d'inflation de base.  
    Elle prévoit une croissance à 2,1% en 2017 (inchangée par 
rapport à sa projection de décembre), un taux de chômage de 4,5% 
(inchangé) et une inflation de base de 1,9% (contre 1,8%). 
    Pour 2018, la prévision médiane de la Fed se situe à 
2,1%(contre 2,0% en décembre) pour la croissance, à 4,5% 
(inchangée) pour le chômage et à 2,0% (inchangée) pour 
l'inflation de base. 
    Pour 2019, elle a maintenu la croissance à 1,9%, le taux de 
chômage à 4,5% et l'inflation de base de 2,0%.  
    Parmi les dix membres votants du FOMC, seul de président de 
la Fed de Minneappolis, Neel Kashkari, aurait préféré laissé les 
taux inchangés. Cette décision s'inscrit dans un contexte 
d'amélioration des perspectives de croissance mondiale et de 
sentiment des responsables de la Fed que l'économie américaine 
est proche des objectifs d'emploi et d'inflation. 
    Les créations d'emplois aux Etats-Unis ont été supérieures à 
la barre des 230.000 aussi bien en janvier qu'en février tandis 
que l'inflation sur un an a été de 2,7% le mois dernier, sa plus 
forte progression depuis mars 2012.       
 
    * Tableau des projections de la Fed   
    * Le communiqué de la Fed (en anglais)   
    * Les changements dans le communiqué de la Fed par rapport 
au précédent (en anglais)   
 
 (Benoit Van Overstraeten et Juliette Rouillon pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux