RPT-USA-Flynn plaide coupable d'avoir menti au sujet de la Russie

le
0
 (Actualisé avec détails, autres sources) 
    par Sarah N. Lynch 
    WASHINGTON, 2 décembre (Reuters) - Michael Flynn, l'éphémère 
conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, a plaidé 
coupable vendredi d'avoir menti au FBI dans le cadre de 
l'enquête sur une possible ingérence russe dans l'élection 
présidentielle américaine et sur une collusion entre Moscou et 
l'équipe de campagne de Donald Trump. 
    L'ancien général, poussé à la démission en février dernier 
après avoir dissimulé le contenu de ses discussions avec 
l'ambassadeur russe à Washington, a promis de "coopérer 
pleinement" avec les enquêteurs. 
    Cette décision de Michael Flynn pourrait être un tournant 
majeur dans l'enquête russe, qui pollue le mandat du 45e 
président des Etats-Unis depuis le premier jour. 
    Elle soulève notamment la question de savoir si Jared 
Kushner, gendre et conseiller spéciale de Donald Trump, a joué 
un rôle dans les contacts russes de Michael Flynn.  
    D'après ABC News, ce dernier serait même prêt à témoigner 
que Donald Trump "lui a donné instruction d'entrer en contact 
avec les Russes". L'information d'ABC News, qui cite un de ses 
proches, n'a pu être confirmée par Reuters.  
    Dans un communiqué, la Maison blanche souligne pour sa part 
que ses mensonges au FBI sont comparables à ses fausses 
déclarations à des responsables de l'administration américaine 
et que son plaider coupable n'implique que lui. 
    "Rien dans son plaider coupable ni dans les charges 
(retenues contre lui) n'implique quelqu'un d'autre que M. 
Flynn", souligne Ty Cobb, conseiller juridique de la Maison 
blanche. 
    En plaidant coupable, poursuit-il, l'ex-conseiller à la 
sécurité nationale de Donald Trump "ouvre la voie à une 
conclusion prompte et raisonnable" de l'enquête menée par le 
procureur spécial Robert Mueller. 
     
    UNE FIGURE CENTRALE DE L'ENQUÊTE RUSSE 
    Les procureurs ont déclaré que Flynn s'était entretenu de 
ses conversations avec l'ambassadeur Sergueï Kisliak avec de 
hauts responsables de l'équipe de transition mise en place par 
Trump entre son élection et son investiture, le 20 janvier 
dernier. 
    Ils évoquent aussi un contact avec un "haut responsable" de 
l'équipe de transition à Mar-a-Lago, la résidence que Trump 
possède en Floride pour discuter du message à faire passer à 
l'ambassadeur russe. 
    Les procureurs parlent également d'instruction donnée à 
Michael Flynn par un "très haut membre" de l'équipe de 
transition avant un vote au Conseil de sécurité de l'Onu en 
décembre 2016. 
    Des sources ont par la suite dit à Reuters que ce "très haut 
membre" était Jared Kushner. L'avocat de ce dernier, Abbe 
Lowell, n'a pas répondu à ce stade à des demandes répétées de 
commentaires.   
    Un sénateur démocrate, Mark Warner, de la commission du 
Renseignement qui enquête également sur cette affaire, a déclaré 
vendredi qu'il souhaitait entendre une seconde fois Kushner 
après les révélations faites par Michael Flynn.   
    Ce dernier est une figure centrale de l'enquête dirigée par 
le procureur spécial Robert Mueller sur les soupçons d'ingérence 
russe dans la campagne présidentielle américaine et de collusion 
entre des membres de l'équipe Trump et Moscou. 
    Après Paul Manafort, qui dirigea brièvement l'équipe de 
campagne de Trump, il est son second proche conseiller à être 
inculpé dans l'enquête russe. 
    Deux autres anciens conseillers ont également été inculpés, 
Rick Gates, associé de Manafort, et George Papadopoulos, un 
avocat spécialiste des questions internationales liées à 
l'énergie. 
     
    "DANS L'INTÉRÊT DE MA FAMILLE ET DE MON PAYS" 
    Dans une déclaration diffusée par ses avocats, Michael Flynn 
explique qu'il a décidé de plaider coupable et de coopérer avec 
les enquêteurs "dans l'intérêt de (s)a famille et de (s)on 
pays". 
    Il ajoute qu'il lui a été "douloureux d'endurer les fausses 
accusations de 'trahison' et autres actes outrageants" au cours 
des mois écoulés mais reconnaît que les actes sur lesquels il a 
plaidé coupable étaient "mauvais". 
    La semaine dernière, le New York Times rapportait que ses 
avocats avaient informé ceux de Donald Trump qu'ils ne pouvaient 
plus échanger d'informations avec eux concernant l'enquête du 
procureur Robert Mueller. 
    Ce changement, ajoutait le quotidien dont les informations 
ont été confirmées à Reuters par des sources proches de 
l'enquête, pouvait signifier que l'ex-conseiller à la sécurité 
nationale avait décidé de coopérer avec les enquêteurs. 
    Sur les marchés financiers, le rebondissement de l'enquête 
russe et les informations d'ABC News sur ce que Michael Flynn 
pourrait dire d'instructions données par Donald Trump ont fait 
chuter le dollar, ainsi que les rendements obligataires et la 
Bourse de New York.   
 
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
ENCADRE Michael Flynn, Paul Manafort et les deux autres inculpés 
dans l'enquête russe      
ENCADRE Ce que le renseignement américain dit d'une ingérence 
russe      
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (avec Susan Heavey, Tim Ahmann, John Walcottt, Mark Hosenball 
et Nathan Layne à Washington et Jan Wolfe à New York; 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux