RPT-Un manque à gagner de 650 millions pour l'hôtellerie française

le
0
 (Répétition sans changement de la dépêche transmise mardi soir) 
    * Restauration comprise, la baisse de revenus atteint 900 
mlns 
    * Le revenu par chambre en recul de 5,1% en 2016 
    * Amélioration en fin d'année grâce à un comparatif 
favorable 
    * 2017 pourrait être meilleure, sans retrouver les niveaux 
de 2014 
 
    par Pascale Denis et Dominique Vidalon 
    PARIS, 3 janvier (Reuters) - Les attentats en France, les 
grèves et le sentiment d'insécurité qui ont fait fuir les 
touristes étrangers se sont traduits par un manque à gagner de 
650 millions d'euros pour les hôteliers français en 2016, selon 
le cabinet MKG Hospitality. 
    Le revenu par chambre disponible, indicateur clé de 
l'activité du secteur, a accusé un recul de 5,1% en France l'an 
dernier. En comptant la restauration, le manque à gagner atteint 
900 millions d'euros, a déclaré à Reuters Georges Panayotis, 
président de MKG Group. 
    A Paris, particulièrement touchée par la désaffection des 
touristes étrangers, la chute a atteint 14,6%, tandis que la 
baisse a été limitée à 2,8% sur la Côte d'Azur et qu'ailleurs en 
province, l'activité est restée solide, enregistrant une 
progression de 4,4%. 
    Le secteur a cependant profité d'une légère reprise en fin 
d'année par rapport à des mois de novembre et décembre 2015 
particulièrement difficiles, plombés par les attentats de Paris. 
    "Par rapport à novembre et décembre 2015, il est clair que 
la fréquentation a été meilleure, mais nous partions de très 
bas", a souligné Georges Panayotis. 
    Les hôteliers, qui avaient tardé à baisser leurs prix, sont 
finalement passés à l'acte et ont vu une nette reprise de leur 
taux d'occupation. 
    A Paris, les prix ont baissé en moyenne de plus de 7%, avec 
des reculs atteignant 15% dans les palaces parisiens très 
exposés à la clientèle de loisir étrangère. 
    Pour le réveillon de fin d'année, le taux d'occupation a 
ainsi grimpé de plus de 10 points à Paris pour atteindre 88% la 
nuit du 31 décembre, contre 73% un an plus tôt. 
    Les baisses de prix couplées à la hausse du dollar face à 
l'euro ont à nouveau attiré la clientèle américaine, tandis que 
les asiatiques ont continué de bouder la France et que la 
clientèle du Golfe a préféré jeter son dévolu sur les palaces 
londoniens. 
    "Le sentiment s'améliore progressivement vis-à-vis de la 
capitale, mais il reste encore beaucoup à faire", selon Georges 
Panayotis. 
    Dans ce contexte, "l'année 2017 pourrait être meilleure", 
estime-t-il, sans être certain pour autant que le secteur puisse 
retrouver ses niveaux de 2014. 
    L'hôtellerie devrait notamment profiter cette année des 
salons comme le celui de l'aéronautique au Bourget ou du vin 
(Vinexpo) à Bordeaux. 
    Mais l'attentisme des années électorales pèse toujours sur 
l'activité tandis que les multiples "ponts" des mois de mai et 
juin ne favoriseront guère la clientèle d'affaires, plus 
résiliente face aux événements qui affectent les voyages de 
loisirs. 
    Au total, avec un revenu moyen par chambre de 56,3 euros en 
2016, le marché de l'hôtellerie n'a pas rattrapé ses niveaux de 
2014 - année de comparaison plus parlante que 2015 - quand il 
était ressorti à 59,00 euros.    
            
 
 (Edité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant