RPT-Sandro, Maje, Claudie Pierlot passe sous contrôle chinois

le
0
    * Le fonds KKR cède le groupe français à Shandong Ruyi  
    * KKR et les fondatrices resteront actionnaires minoritaires 
    * L'opération devrait être finalisée d'ici l'été 
 
 (Répétition sans changement d'une dépêche transmise jeudi soir) 
    par Pascale Denis 
    PARIS, 1er avril (Reuters) - Le groupe chinois Shandong Ruyi 
 002193.SZ  a annoncé jeudi un accord exclusif avec le fonds 
américain KKR  KKR.N  pour prendre le contrôle de la société 
française de prêt-à-porter Sandro, Maje, Claudie Pierlot (SMCP), 
dont il entend accompagner la croissance à l'international, 
notamment en Asie. 
    KKR cédera une participation majoritaire à Shandong Ruyi 
ainsi qu'une part aux fondatrices de SMCP et à son équipe 
dirigeante, qui se renforceront au capital de l'entreprise, 
lit-on dans un communiqué commun. Le fonds d'investissement 
américain y conservera une participation minoritaire. 
   Le montant de l'opération et les parts respectives des futurs 
actionnaires n'ont pas été divulgués. De sources proches du 
dossier, la valorisation de SMCP s'élèverait à 1,3 milliard 
d'euros, dette comprise. [  
   Si plusieurs candidats se sont manifestés en fin d'année 
dernière, "Shandong Ruyi a été de loin le plus sérieux", a 
déclaré à Reuters Daniel Lalonde, président de SMCP, pour qui le 
groupe chinois "constitue le vrai partenaire qui permettra 
d'accompagner notre développement". 
    Le groupe de mode, qui a connu une très forte croissance ces 
dernières années, ambitionne de devenir un leader mondial du 
luxe accessible, grâce notamment à son développement en Asie. 
    Il souhaite, par ce faire, s'appuyer sur l'expertise de 
Shandong Ruyi, fabricant de textile pour des marques italiennes 
qui détient aussi des activités de distribution. 
   Surtout, Shandong Ruyi "est parfaitement en phase avec la 
stratégie de SMCP, qui conservera toute son autonomie", a 
précisé Daniel Lalonde. 
   Toutes les équipes et le management de l'entreprise resteront 
en place, le studio de création à Paris et les processus de 
fabrication ne seront pas modifiés, a-t-il indiqué. 
   L'opération, qui reste soumise à la consultation des 
instances du personnel et des autorités compétentes, devrait 
être bouclée d'ici l'été. 
    SMCP avait annoncé début mars qu'il envisageait une 
introduction à la Bourse de Paris dans le courant du premier 
semestre 2016 pour financer son développement international, une 
option qui ne fermait pas pour autant la porte à une cession 
pure et simple. Shandong Ruyi Group comptait depuis quatre mois 
parmi les candidats au rachat de l'entreprise. 
     
    POTENTIEL CHINOIS 
    SMCP a doublé son chiffre d'affaires au cours des trois 
dernières années, grâce à l'ouverture d'environ 120 boutiques 
par an. En 2015, sa croissance a atteint 33% et 11% à magasins 
comparables - pour un chiffre d'affaires de 675 millions d'euros 
- et en France, où il réalise maintenant moins de 50% de ses 
ventes, elle a grimpé de 9% en comparable dans un marché du 
prêt-à-porter tout juste stabilisé. 
     Le groupe a dégagé un Ebitda (excédent brut d'exploitation) 
en hausse de 44% en 2015, à 106,5 millions d'euros, soit une 
marge de 15,8%, et sa dette représentait trois fois cet excédent 
à la fin de l'an dernier.   
     Le succès de SMCP réside aussi dans son modèle : il adopte 
les codes du luxe (magasins soignés, boutiques proches des 
grandes marques) et utilise des méthodes de production inspirées 
des géants de la grande diffusion comme Zara ou H&M, avec des 
cycles de développement très courts. 
    En Chine, où il compte seulement 60 points de vente, il mise 
sur l'énorme potentiel de croissance des classes moyennes, 
tandis que les Etats-Unis, où il détient 115 points de vente, 
comptent aussi parmi ses priorités. 
    En France, le réseau devrait être stabilisé, tout comme 
celui des 33 "outlets" (magasins de déstockage) dans le monde. 
    SMCP vise, d'ici 2018, une croissance annuelle moyenne de 
11% à 13% (+3% à 5% en comparable), portée aussi part le 
numérique (6,2% des ventes aujourd'hui), le développement des 
accessoires et de la ligne masculine de Sandro.  
    Le marché du luxe dit «accessible», estimé à 96 milliards 
d'euros par le Boston Consulting Group, devrait connaître une 
croissance annuelle de 6% au cours des années à venir, nettement 
supérieure à celle des produits de luxe évaluée plutôt aux 
environs de 3% à 4%. 
    KKR avait pris le contrôle de SMCP en 2013, pour une 
valorisation de 650 millions d'euros. Le fonds détient 
aujourd'hui 70% du capital, les familles fondatrices 21,1%, ses 
anciens dirigeants 7% et le management actuel le solde. 
 
 (édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant