RPT-RESUME DE L'ACTUALITE A 16h30 GMT (22/09)

le
0

(Repetition heure GMT)

SANAA - Les affrontements entre forces de l'ordre et manifestants antigouvernementaux ont fait sept morts jeudi a Sanaa, la capitale du Yemen, secouee par plusieurs explosions, dans un contexte d'impasse politique et diplomatique qui risque d'installer le pays dans la guerre civile.

Parmi les tues figurent deux soldats gouvernementaux et deux miliciens tribaux qui combattaient aux cotes de l'armee. Deux manifestants ont ete abattus par des tireurs embusques et quatorze autres blesses pres de la "place du Changement", ou l'opposition campe depuis huit mois pour reclamer le depart du president Ali Abdallah Saleh.

Le septieme tue est un garde qui se trouvait dans la residence d'un dirigeant de l'opposition bombardee par les loyalistes.

Les manifestants ont mis le feu a une maison ou se cachaient selon eux des "snipers" et des medecins ont lance une campagne de don de sang pour venir en aide aux blesses.

Le chef de l'Etat, en convalescence en Arabie saoudite depuis une tentative d'assassinat debut juin lors du bombardement de son palais, s'accroche au pouvoir malgre l'ampleur et la duree de la contestation.

---

SYRTE/NORD DE BANI WALID, Libye - Le gouvernement interimaire libyen a annonce jeudi avoir consolide ses positions dans deux villes du Sud, Sebha et Djoufra, qui comptaient parmi les derniers bastions de Mouammar Kadhafi.

A Syrte, ville natale du "guide" libyen sur la cote mediterraneenne, a 450 km a l'est de la capitale Tripoli, le porte-parole de Kadhafi, Moussa Ibrahim, a affirme que les bombardements des forces du Conseil national de transition (CNT) et de l'Otan avaient fait plus de 150 morts dans la population civiles ces dernieres heures.

Pour rassurer ses allies sur sa capacite a controler et gouverner le pays, le CNT tient a nettoyer les dernieres poches de resistance des hommes de Kadhafi, pres d'un mois apres la chute de Tripoli.

Mais la progression des forces revolutionnaires est lente a Syrte et a Bani Walid, a 170 km au sud-est de Tripoli, ou les partisans de l'ancien regime opposent une farouche resistance.

Les combattants du CNT ont cependant reussi a prendre le controle de la quasi-totalite de la ville de Sebha, a 800 km au sud de la capitale, meme si certains tireurs embusques n'ont toujours pas pu etre deloges, a dit a Tripoli le porte-parole militaire du CNT, Ahmed Bani.

BRUXELLES - L'Otan, qui a prolonge de trois mois ses operations menees en Libye contre les forces de Mouammar Kadhafi, a assure jeudi qu'elle etait en mesure d'achever sa mission dans ce delai.

"J'ai confiance dans le fait que nous remplirons cette mission dans les limites fixees par l'Otan", a declare le general Charles Bouchard, commandant des operations de l'Otan en Libye, lors d'un point de presse.

TUNIS - Le porte-parole de Mouammar Kadhafi a accuse jeudi les forces du conseil interimaire libyen et de l'Alliance atlantique d'avoir tue 151 personnes ces dernieres heures au cours de bombardements sur la ville de Syrte.

---

WASHINGTON - Troy Davis, condamne a mort pour le meurtre d'un policier en 1989, a ete execute par injection mercredi soir dans une prison de Jackson en Georgie, peu apres le rejet d'un ultime recours par la Cour supreme des Etats-Unis.

La Cour supreme a refuse en derniere minute d'annuler l'execution du condamne, qui devait initialement avoir lieu mercredi a 19h00 locales (23h00 GMT), a la prison de Jackson. Il a fallu a la Cour supreme plus de quatre heures pour rendre son avis, delai inhabituellement long pour ce genre de cas, et le condamne a ete execute a 23:08 locales (jeudi 03h08 GMT).

Davis, alors qu'il se rendait a la chambre d'execution, a une derniere fois clame son innocence, selon des journalistes qui ont assiste a ses ultimes instants.

"Je ne suis pas responsable de ce qui s'est passe cette nuit-la (en 1989). Je n'avais pas d'arme a feu", a-t-il dit, selon Rhonda Cook, du quotidien Journal-Constitution, qui parait a Atlanta.

---

ATHENES - Une greve de 24 heures organisee pour denoncer les dernieres mesures d'austerite annoncees par le gouvernement grec paralyse les transports jeudi a Athenes.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes doivent defiler dans la journee jusqu'au Parlement dans le cadre de la premiere manifestation d'ampleur depuis les grands rassemblements de la fin juin, qui avaient donne lieu a de violents affrontements avec les forces de l'ordre.

En l'absence de bus, de metros, de trains et de taxis, de nombreux habitants de la capitale et de ses alentours ont ete contraints de prendre leur voiture, ce qui a donne lieu a des embouteillages monstres. Beaucoup de touristes sont par ailleurs bloques dans les hotels du centre historique.

ATHENES - Le Premier ministre grec Georges Papandreou a declare jeudi que son pays n'avait pas d'autre choix que d'appliquer de nouvelles mesures d'austerite pour ne pas se mettre en faillite.

"Il n'y a pas d'autre voie. L'autre voie, c'est la banqueroute, qui aurait de lourdes consequences pour chaque foyer", a declare le dirigeant socialiste apres avoir rencontre une rencontre au parlement avec les deputes du Pasok.

Le gouvernement grec a annonce mercredi soir un plan d'austerite renforce, de facon a s'assurer le versement de sa prochaine tranche d'aide internationale et eviter une faillite le mois prochain.

PARIS - Les speculations boursieres sur un possible defaut grec sont vaines, a declare jeudi le Premier ministre francais, qui appelle a une reponse "calme" et "coherente" de la zone euro.

"Dans cette affaire, c'est l'Europe qui est en jeu, et sa reponse doit etre une reponse calme, coherente, et en meme temps sans ambiguite", a dit Francois Fillon a l'occasion de la remise du Prix de l'Audace creatrice.

---

BERLIN - Le pape Benoit XVI, au premier jour de sa visite en Allemagne, a invite jeudi les catholiques allemands a ne pas s'eloigner de l'Eglise malgre les scandales de pedophilie impliquant des ecclesiastiques.

Dans l'avion qui le conduisait dans son pays natal pour son troisieme voyage depuis son election en avril 2005, le pape a dit comprendre que certains fideles, notamment les victimes de crimes sexuels et leurs proches, soient "scandalises" et se disent au bout du compte: "Cette Eglise n'est plus la mienne."

Il a toutefois souligne que la hierarchie catholique faisait tout pour prevenir a l'avenir de tels mefaits et reparer le mal inflige a des milliers de personnes.

"L'Eglise est comme le filet du Seigneur qui peut ramener de bons et de mauvais poissons (...) Nous avons appris a vivre avec les scandales et a les combattre", a-t-il dit.

---

ROME - Les deputes italiens ont epargne un nouvel embarras a Silvio Berlusconi en se prononcant jeudi contre la levee de l'immunite de Marco Milanese, ancien conseiller du ministre des Finances soupconne de corruption et de trafic d'influence.

La levee de cette immunite, demandee par le parquet de Naples, n'aurait pas eu de consequence directe pour le president du Conseil, mais aurait ajoute a l'instabilite de sa coalition.

---

PARIS - Apres son ancien conseiller Thierry Gaubert, un autre proche de Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire, a ete mis en examen jeudi dans l'enquete sur une possible corruption politique lors de l'election presidentielle de 1995.

Ce developpement a amene l'opposition a mettre en cause le chef de l'Etat mais ce dernier a replique dans un communique en se disant "totalement etranger" a l'affaire. "Tout le reste n'est que calomnie et manipulation politicienne", dit-il.

Temoin de mariage du president de la Republique et de Carla Bruni en 2008, Nicolas Bazire, 54 ans, directeur de cabinet du Premier ministre Edouard Balladur entre 1993 et 1995 et directeur de sa campagne presidentielle, est poursuivi pour complicite d'abus de biens sociaux, a dit une source judiciaire.

Apres un jour et une nuit de garde a vue, il a ete laisse libre sans controle judiciaire par le juge d'instruction financier Renaud Van Ruymbeke, contrairement a Thierry Gaubert, mis en examen mercredi, qui a interdiction de rencontrer les autres protagonistes de l'affaire. PARIS - L'opposition de gauche et d'extreme droite a souligne jeudi les liens etroits entre Nicolas Sarkozy et des personnes mises en cause dans l'enquete sur l'attentat anti-francais commis en 2002 a Karachi au Pakistan, qui connait une acceleration subite.

Les partis socialiste et communiste ainsi que le Front national ont eu des mots tres durs contre ce qu'ils considerent comme un dementi de la "Republique irreprochable" promise par le chef de l'Etat lors sa campagne electorale en 2007.

Les investigations dans ce dossier ont revele des soupcons de corruption en marge de contrats d'armement et de la campagne d'Edouard Balladur lors de l'election presidentielle de 1995.

PARIS - Apres son ancien conseiller Thierry Gaubert, un autre proche de Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire, a ete mis en examen jeudi dans l'enquete sur une possible corruption politique lors de l'election presidentielle de 1995.

Ce developpement a amene l'opposition a mettre en cause le chef de l'Etat mais ce dernier a replique dans un communique en se disant "totalement etranger" a l'affaire. "Tout le reste n'est que calomnie et manipulation politicienne", dit-il.

Temoin de mariage du president de la Republique et de Carla Bruni en 2008, Nicolas Bazire, 54 ans, directeur de cabinet du Premier ministre Edouard Balladur entre 1993 et 1995 et directeur de sa campagne presidentielle, est poursuivi pour complicite d'abus de biens sociaux, a dit une source judiciaire.

Apres un jour et une nuit de garde a vue, il a ete laisse libre sans controle judiciaire par le juge d'instruction financier Renaud Van Ruymbeke, contrairement a Thierry Gaubert, mis en examen mercredi, qui a interdiction de rencontrer les autres protagonistes de l'affaire.PARIS, 22 septembre (Reuters) - Apres son ancien conseiller Thierry Gaubert, un autre proche de Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire, a ete mis en examen jeudi dans l'enquete sur une possible corruption politique lors de l'election presidentielle de 1995.

Ce developpement a amene l'opposition a mettre en cause le chef de l'Etat mais ce dernier a replique dans un communique en se disant "totalement etranger" a l'affaire. "Tout le reste n'est que calomnie et manipulation politicienne", dit-il.

Temoin de mariage du president de la Republique et de Carla Bruni en 2008, Nicolas Bazire, 54 ans, directeur de cabinet du Premier ministre Edouard Balladur entre 1993 et 1995 et directeur de sa campagne presidentielle, est poursuivi pour complicite d'abus de biens sociaux, a dit une source judiciaire.

Apres un jour et une nuit de garde a vue, il a ete laisse libre sans controle judiciaire par le juge d'instruction financier Renaud Van Ruymbeke, contrairement a Thierry Gaubert, mis en examen mercredi, qui a interdiction de rencontrer les autres protagonistes de l'affaire.

---

MEAUX, Seine-et-Marne - Kenza Drider, une jeune femme de 32 ans qui porte le voile integral, une pratique interdite dans les lieux publics en France, a annonce jeudi son intention d'etre candidate a l'election presidentielle de 2012.

Vetue d'un niqab gris perle et marron, elle a declare a Reuters vouloir etre au service "de toutes les femmes (...) victimes de stigmatisation", comparant son combat a celui d'Olympe de Gouges, figure emblematique de la revolution francaise, et de Rosa Parks, icone de la lutte contre la segregation raciale aux Etats-Unis.

---

ALBANY, Nouvelle-Zelande - Sans pitie pour leur voisin namibien, les Springboks ont passe jeudi 12 essais a leurs adversaires du jour (87-0) pour s'assurer une place en quarts de finale de la Coupe du monde de rugby.

Porte par l'ailier Bryan Habana, desormais meilleur marqueur d'essais de l'histoire du rugby sud-africain, les tenants du titre etaient hors de portee de la Namibie lors de ce match dispute dans la banlieue d'Auckland.

Les Springboks ne sont plus qu'a une victoire de la premiere place de la poule D, synonyme de quarts de finale contre l'Australie, autre representant du Tri-Nations.

AUCKLAND - Un parfum d'inquietude flotte sur la Nouvelle-Zelande avant le match de samedi contre la France, dont personne n'oublie qu'elle a brise par deux fois les reves de sacre mondial des All Blacks.

L'enjeu comptable - la premiere place de la poule A - est tout relatif, mais l'enjeu symbolique est considerable pour les Neo-Zelandais, prives de Coupe du monde depuis 1987.

Par deux fois, en 1999 et en 2007, les Bleus ont mis un terme precoce a la course des All Blacks vers un titre qui leur semblait acquis.

"Je suis convaincu que ca donne un plus, nous serions betes de l'ignorer", a affirme jeudi le selectionneur Graham Henry, deja aux manettes en 2007.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant