RPT-Rebond ou correction, Wall Street à la croisée des chemins

le
1
WALL STREET À LA CROISÉE DES CHEMINS
WALL STREET À LA CROISÉE DES CHEMINS

Répétition du titre. Dépêche sans changement.

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Après sa première performance hebdomadaire positive depuis début janvier, Wall Street saura cette semaine si la hausse de jeudi et vendredi derniers a marqué le début d'une embellie ou si la faiblesse des premières semaines de l'année l'entraîne vers une véritable correction.

L'indice Standard & Poor's-500 a gagné 0,8% sur la semaine écoulée -sa meilleure performance en un mois- et il a fini vendredi au-dessus de sa moyenne mobile sur 14 jours pour la première fois depuis le 23 janvier.

La hausse de 2,6% enregistrée sur les deux dernières séances constitue la meilleure performance du S&P-500 sur deux jours depuis quatre mois. Elle a permis à Wall Street de reprendre une partie du terrain abandonné auparavant, qui avait fait retomber l'indice phare 6% en dessous du record historique de clôture inscrit le 15 janvier.

A Wall Street, une correction se définit par une baisse d'au moins 10% par rapport au dernier pic en date tandis qu'un plongeon de 20% ou plus caractérise un marché baissier ("bear market").

La baisse récente a créé des signaux d'achat mais le risque d'un marché baissier n'a pas encore disparu, estime Larry McMillan, président de McMillan Analysis, dans une note à ses clients.

"Les signaux d'achat pourraient déboucher sur un rally et une remontée vers et au-dessus de la moyenne mobile sur 20 jours. Mais pour aller au-delà, il faudra inverser les signaux de vente à moyen terme."

Le S&P-500 a perdu 3,6% en janvier, sa plus mauvaise performance depuis mai 2012. Sa moyenne mobile sur 20 séances se situe actuellement à 1.804,25 points, soit sept points seulement au-dessus de sa clôture de vendredi (1.797,02 points).

YELLEN ET LES VENTES AU DÉTAIL

Les signaux techniques ne seront pas les seuls repères des investisseurs au cours des jours à venir. Ils devront aussi étudier les statistiques des ventes au détail de janvier, attendues jeudi, qui permettront peut-être d'en savoir plus sur un éventuel ralentissement de la reprise, suggéré vendredi par les chiffres des créations d'emploi.

Les économistes interrogés par Reuters prévoient une stagnation des ventes le mois dernier après la hausse de 0,2% de décembre, et une hausse de 0,1% seulement hors automobile.

Jeudi, un groupe de neuf distributeurs a fait état d'une hausse de 3,6% des ventes à données comparables en janvier, un chiffre inférieur à celui de 4,9% enregistré sur la même période l'an dernier selon Thomson Reuters. Ce qui suggère que pour les commerçants, janvier est resté difficile après la saison des fêtes de fin d'année la plus disputée depuis la récession de 2007-2009.

Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, retiendra elle aussi l'attention lors de ses auditions au Congrès (à la Chambre des représentants mardi, au Sénat jeudi), qui marqueront ses premières interventions publiques sur la politique monétaire et la conjoncture économique depuis son entrée en fonctions.

Enfin, les publications de résultats se poursuivront avec entre autres les trimestriels de Sprint, Cisco, PepsiCo et MetLife.

Sur 343 entreprises du S&P-500 qui avaient présenté leurs comptes vendredi matin, 67,9% ont dépassé les attentes, un chiffre supérieur à celui de 67% enregistré sur les quatre derniers trimestres et plus nettement au ratio de 63% des 20 dernières années.

Avec Chuck Mikolajczak, Marc Angrand pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le dimanche 9 fév 2014 à 19:25

    En " Monopoly", c'est forcément le rebond...mais en économie réelle, il faut l'avis des 50 millions de sujets qui mangent à la soupe populaire...!!!