RPT-Moins de Japonais veulent se marier à cause de leurs revenus

le
0
 (RPT titre corrigé) 
    TOKYO, 21 juin (Reuters) - De moins en moins de Japonais 
dans la vingtaine veulent se marier, citant leurs maigres 
salaires comme un obstacle pour répondre aux attentes des 
femmes, rapporte l'étude d'un think tank. 
    Avec une baisse du côté des femmes également, et sachant que 
très peu d'enfants naissent hors-mariage au Japon, les résultats 
de l'étude montre que Shinzo Abe rencontrera des difficultés 
pour relancer le taux de fécondité très bas du pays, dont le 
Premier ministre a fait un des axes de sa politique. 
    L'enquête montre que 38,7% des hommes célibataires 
interrogés disent vouloir se marier dans un futur plus ou moins 
proche, contre 67,1% il y a seulement trois ans. 
    "Plus de la moitié des femmes célibataires veulent que leurs 
époux gagnent au moins 4 millions de yen par an (environ 33.800 
euros). Pourtant, seul 15,2% des Japonais dans la vingtaine 
gagne 4 millions de yen, ou plus, par an", indique le rapport 
d'une filiale de la société d'assurance-vie Meiji Yasuda.    
    "Cet écart semble être une des raisons pour laquelle de plus 
en plus de personnes ne veulent pas se marier ou se marient plus 
tard", ajoute celui-ci. 
    Les jeunes femmes sont, elles, 59% à vouloir se marier 
contre 82,2% il y a trois ans. 
    Le gouvernement Abe, qui veut encourager la natalité 
japonaise, vise à faire passer le taux de fécondité de 1,4 
enfant par femme à 1,8, un taux encore trop faible puisqu'il 
faut 2,1 enfants par femme pour stopper une diminution de la 
population. 
    La population japonaise, aujourd'hui à 127 millions 
d'habitants, devrait baisser d'un tiers d'ici 2060 et atteindre 
87 millions d'après l'Institut national de recherche sur la 
population et la sécurité sociale. 
    Le système de retraite est sur le point d'éclater face au 
nombre croissant de seniors et au taux de fécondité au plus bas, 
une minorité d'actifs devant financer les pensions d'une 
majorité de retraités. 
    Certains économistes préconisent de recourir à l'immigration 
pour retrouver la croissance économique. 
 
 (Kiyoshi Takenaka, Laura Martin pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant