RPT-Maduro souhaite une amélioration des liens avec Washington

le , mis à jour à 07:15
0
 (Bien lire mardi au §1) 
    CARACAS, 28 septembre (Reuters) - Le président vénézuélien 
Nicolas Maduro a appelé de ses voeux mardi une amélioration des 
liens avec les Etats-Unis, au lendemain d'une rencontre avec le 
secrétaire d'Etat John Kerry. 
    Le chef de l'Etat socialiste s'est entretenu avec le chef de 
la diplomatie américaine lundi à Carthagène, en Colombie, en 
marge de la cérémonie de signature de l'accord de paix entre les 
Farc et le gouvernement de Bogota.   
    "Je demande à Dieu de bénir les résultats de cette rencontre 
et que le Venezuela ouvre une nouvelle ère de relations avec les 
Etats-Unis", a déclaré Nicolas Maduro lors de son émission 
hebdomadaire à la télévision publique, ajoutant que l'entretien 
avait duré 40 minutes.  
    Le Venezuela et les Etats-Unis ont des relations houleuses 
depuis la présidence d'Hugo Chavez (1999-2013), auquel son 
fidèle allié Nicolas Maduro a succédé après sa mort. Les deux 
pays n'ont plus d'ambassadeur depuis une série d'expulsions 
réciproques il y a plusieurs années.  
    Lors de son émission, Nicolas Maduro a précisé que le 
diplomate américain Tom Shannon, qui maintient un lien entre 
Caracas et Washington, se rendrait prochainement dans la 
capitale vénézuélienne, et que John Kerry y était également 
invité.  
    L'économie vénézuélienne souffre d'une inflation galopante, 
des pénuries affectent de nombreux produits de base et des 
émeutes de la faim ont éclaté. Nicolas Maduro estime que son 
pays est victime d'une "guerre économique" menée par les 
Etats-Unis et la droite vénézuélienne. 
    Selon le département d'Etat, John Kerry a exhorté mardi le 
président Maduro à oeuvrer de manière constructive avec les 
dirigeants de l'opposition pour répondre aux défis auxquels le 
Venezuela est confronté.  
    En juillet dernier, le candidat républicain à la présidence 
américaine Donald Trump, par ailleurs qualifié de "bandit et de 
voleur" par Nicolas Maduro, a affirmé que les Etats-Unis 
"finiraient comme le Venezuela" si sa rivale démocrate Hillary 
Clinton devait accéder à la Maison blanche. 
          
 
 (Girish Gupta; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant