RPT-Les marchés européens dans le désordre, Paris gagne 0,33%

le
1
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé dans le désordre, tandis que l'euro perdait du terrain face au dollar pour la deuxième séance d'affilée, les investisseurs jouant la prudence après la publication d'indicateurs positifs aux Etats-Unis, mais témoignant de la fragilité de la reprise en Europe et en Chine.

L'accélération attendue de la croissance de l'activité dans la zone euro n'a pas eu lieu au mois de février et les entreprises ont baissé leurs prix dans l'espoir d'augmenter le volume de leurs ventes, ce qui pourrait raviver les craintes d'une spirale déflationniste.

La baisse de l'indice PMI flash manufacturier chinois à son plus bas niveau en sept mois a pesé sur l'indice des ressources naturelles, qui a perdu 1,07%, la plus forte baisse sectorielle en Europe.

Les marchés ont toutefois réduit voire effacé leurs pertes en cours d'après-midi après l'annonce d'une accélération de la croissance industrielle aux Etats-Unis à son rythme le plus rapide en près de quatre ans.

À Paris, le CAC 40 a fini en hausse de 0,33% à 4.355,49 points, soutenu par de bons résultats. Le Footsie britannique a pris 0,24% mais le Dax allemand a perdu 0,43%, L'indice EuroStoxx 50 a été stable (+0,03%) et le FTSEurofirst 300 a cédé 0,1%.

"Les indicateurs économiques sont mitigés. Les investisseurs se mettent en retrait et attendent d'avoir une meilleure visibilité sur l'économie mondiale avant de revenir pour pousser les marchés plus haut", dit Francois Savary, responsable de l'investissement de la banque suisse Reyl.

L'indice parisien a été soutenu notamment par Technip, qui a fait un bond en avant de 9,02%, plus forte hausse du CAC 40. Parmi les hausses, Cap Gemini (+4,47%) et Schneider (+2,80%), qui ont publié de bons résultats.

De même, Suez Environnement a pris 6,26%, entraînant dans son sillage Veolia Environnement (+3,3%), après avoir fait état de bons résultats et s'être dit prêt à réaliser des investissements "ciblés".

A l'inverse, Gemalto a perdu 4,41%, plus forte baisse du CAC 40, Visa et MasterCard ayant annoncé qu'ils utiliseraient une nouvelle technologie pour les paiements mobiles ne nécessitant pas de composante sécurisée, spécialité du groupe français.

Ailleurs en Europe, Randstad a chuté de 10,52% à Amsterdam, affichant la perte la plus lourde du FTSEurofirst 300, après avoir publié un bénéfice trimestriel inférieur aux attente.

BAE Systems a suivi, avec une glissade de 8,33%, le groupe de défense britannique ayant prévenu que les restrictions budgétaires aux Etats-Unis se traduiraient par un recul de 5% à 10% son bénéfice par action en 2014.

Sur le marché des changes, l'euro fait les frais de la publication des indices PMI européens, s'inscrivant en baisse face au dollar pour la deuxième séance d'affilée, autour de 1,3690, tandis que le franc suisse et le yen progressent, les investisseurs se tournant vers les devises jugées les plus sûres.

L'embellie semble toutefois se confirmer sur le front obligataire des pays périphériques de la zone euro comme en témoigne le vif succès d'une adjudication espagnole de cinq milliards d'euros.

Le pétrole est orienté en baisse, comme d'autres matières premières, en réaction au PMI chinois. Le Brent se traite juste au-dessus des 110 dollars le baril et le brut léger américain se replie vers les 103 dollars.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le jeudi 20 fév 2014 à 18:59

    ca40 au plus haut, dans ta tête de soviet Mélenchon