RPT-Les Bourses européennes clôturent en baisse, Paris cède 0,2%

le
0
RPT-Les Bourses européennes clôturent en baisse, Paris cède 0,2%
RPT-Les Bourses européennes clôturent en baisse, Paris cède 0,2%

Répétition: bien lire mercredi et non vendredi dans le premier paragraphe.

PARIS (Reuters) - Les valeurs européennes ont terminé en baisse mercredi, à un plus bas de quatre mois, parvenant néanmoins à effacer une partie de leurs pertes en toute fin de séance, tandis que l'euro est tombé à un plus bas de trois mois et que le rendement du Bund allemand a établi un record historique.

L'impasse politique en Grèce et le coût croissant du renflouement des banques espagnoles ravivent les craintes d'une aggravation de la crise de la dette en zone euro.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,2% à 3.118,65 points. Le Footsie britannique a cédé 0,44% et l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a abandonné 0,30%. Le Dax allemand a en revanche terminé sur un gain de 0,47%.

Le secteur bancaire européen a pâti des craintes relatives à la zone euro et les banques espagnoles. L'indice Stoxx600 des banques en Europe a chuté de 1,74%.

Banco Santader perd 4,52%, BBVA 4,73%. Crédit agricole et BNP Paribas abandonnent respectivement 3,52% et 2,37%.

Veolia environnement perd 2,67%, la plus forte baisse du CAC 40 après Crédit Agricole. Les analystes de Citigroup formulent trois critiques à l'encontre du secteur: une dynamique de croissance de la taille et de l'endettement mais pas de la profitabilité, la recherche de gains à court terme alors que c'est un secteur qui nécessite des investissements de long terme, un manque d'adaptation aux conditions macroéconomiques.

A contre-courant, ING gagne 1,72%. Le groupe s'apprête à renégocier son plan de restructuration conclu avec la Commission européenne en échange d'une aide de 10 milliards d'euros de l'Etat, ce qui pourrait déboucher sur un moins grand nombre de cessions parmi ses plus petits actifs. - Le rendement des obligations allemandes à dix ans est tombé sous le seuil de 1,50%, un plus bas record, l'inquiétude suscitée par l'impasse politique en Grèce bénéficiant au papier allemand, considéré comme une valeur refuge.

Les investisseurs se sont aussi réfugiés sur les Bons du Trésor américain, le rendement des obligations américaines à 10 ans ayant touché un plus bas depuis janvier à 1,7932%.

A l'inverse, le rendement espagnol à 10 ans s'affichait au-delà du seuil psychologique de 6%, à 6,068%.

L'euro a reculé pour une huitième séance consécutive face au dollar, tombant à un plus bas de trois mois, grevé par les tensions croissantes en zone euro sur l'avenir de la Grèce et l'état de santé des banques espagnoles.

La devise unique a aussi reculé à un plus bas de deux mois et demi face au yen, considéré comme un actif refuge.

L'euro a reculé sous la barre de 1,30 puis de 1,2950, ce dernier seuil étant pourtant considéré par les cambistes comme un support technique important.

Blandine Hénault pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant