RPT-LEAD 2-Wall Street finit en hausse, reprend 3% sur la semaine

le , mis à jour à 23:28
0
    * Plus forte hausse hebdomadaire du S&P depuis novembre 
    * Croissance plus forte que prévu de l'activité 
manufacturière 
    * Ford monte après les ventes automobiles de juin 
    * Le Dow a pris 0,11%, le S&P 0,19%, le Nasdaq 0,41% 
 
 (Répétition pour inclure le dollar) 
    par Lewis Krauskopf 
    NEW YORK, 1er juillet (Reuters) - La Bourse de New York a 
terminé en hausse vendredi pour sa quatrième séance d'affilée, 
soutenue par un indicateur d'activité manufacturière jugé 
encourageant, à l'issue d'une semaine agitée après le vote en 
faveur d'un "Brexit". 
    A la veille d'un week-end de trois jours, l'indice Dow Jones 
 .DJI  a progressé de 19,38 points, soit 0,11%, à 17.949,37 
points. Le S&P-500  .SPX , plus large, a gagné 4,09 points, soit 
0,19%, à 2.102,95 points. Le Nasdaq Composite  .IXIC  a avancé 
de son côté de 19,90 points (+0,41%) à 4.862,57 points.  
    Les marchés américains seront fermés lundi, 4 juillet, jour 
de la fête nationale aux Etats-Unis. 
    Sur la semaine, le Dow a repris 3,1%, le S&P 3,2% et le 
Nasdaq 3,3%. Le S&P-500 a affiché sa plus forte hausse 
hebdomadaire depuis le mois de novembre et a quasiment rattrapé 
ses pertes de vendredi dernier et de lundi, en première réaction 
à la décision des Britanniques de sortir de l'Union européenne. 
    Le deuxième trimestre s'est soldé jeudi soir par une légère 
hausse des indices Dow Jones et du S&P-500, tandis que le Nasdaq 
affiche un repli d'environ 0,6% sur les trois derniers mois.  
    Sept des dix grands indices sectoriels du S&P ont fini la 
séance en hausse, celui des biens de consommation cycliques 
 .SPLRCD  en tête avec un gain de 0,89%. Les financières  .SPSY  
(-0,53%) ont accusé la plus mauvaise performance sectorielle.  
    "Il est encourageant de constater que le marché a su 
préserver son rebond post-Brexit", dit Peter Jankovskis chez 
OakBrook Investments. 
     
    SOUTIEN DES BANQUES CENTRALES 
    Les investisseurs comptent désormais sur de nouvelles 
mesures d'assouplissement monétaire des banques centrales pour 
soutenir les économies et tenter de limiter les dégâts 
potentiels du Brexit sur la croissance mondiale.     
    La tendance a bénéficié en outre de la publication de la 
dernière enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management 
(ISM) montrant que la croissance du secteur manufacturier 
américain s'est accélérée plus que prévu en juin.   
    "Le marché a été très mouvementé mais la dynamique 
économique positive aux Etats-Unis continue à apporter un rayon 
de soleil", dit Daniel Kern, responsable de la stratégie 
d'investissement chez TFC Financial Management in Boston. 
    Pourtant, les rendements des obligations souveraines ont 
touché des plus bas record cette semaine un peu partout dans le 
monde, signe que l'incertitude sur l'état de l'économie mondiale 
persiste, surtout après le vote en faveur d'un Brexit. 
    Le rendement des obligations à 30 ans du Trésor américain 
 US30YT=TWEB  ont touché leur plus bas niveau depuis 1950.      
    Aux valeurs à Wall Street, Micron Technology  MU.O  a chuté 
de 9,16% après des résultats trimestriels inférieurs aux 
attentes et l'annonce d'une réduction de ses effectifs. 
    A la hausse, Ford  F.N  a gagné 1,19%. Les ventes du groupe 
ont augmenté de 6% le mois dernier et de 5% sur l'ensemble du 
premier semestre. La vigueur des ventes de SUV et de pick-up a 
soutenu le marché automobile américain en juin, dont la 
croissance a pourtant été moins forte que prévu.   
    Harley-Davidson  HOG.N  a fait un bond en avant de 19,8%, 
plus forte hausse du S&P, à 54,25 dollars, le titre ayant été 
dopé par de vagues spéculations selon lesquelles le constructeur 
de motos pourrait être une cible d'OPA. 
    Environ 6,7 milliards de titres ont été échangés dans la 
journée sur les marchés américains, un volume en retrait par 
rapport aux 7,7 milliards traités en moyenne au cours des 20 
dernières séances, à la veille du long week-end du 4 juillet. 
    Le dollar perd du terrain, notamment face au yen  JPY= , 
victime du repli des rendements des obligations du Trésor, qui 
limite l'attrait du billet vert, et de la perspective que la 
Réserve fédérale américaine retarde son calendrier de hausse des 
taux pour atténuer l'impact du vote en faveur d'un Brexit.  
    Les cours du pétrole reprennent près de 2% après avoir perdu 
plus de 3% jeudi, soutenus par la faiblesse du dollar et la 
reprise des achats à bon compte. Sur la semaine, le Brent 
s'apprête à afficher un gain de 4% et le WTI de près de 3%. 
 
 (Avec Yashaswini Swamynathan, Juliette Rouillon pour le service 
français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant