RPT-LEAD 2-La Chine accusée de déployer des missiles en mer de Chine du Sud

le , mis à jour à 10:17
0
 (RPT mastic 1er para) 
    par J.R. Wu et Andrea Shalal 
    TAIPEI/WASHINGTON, 17 février (Reuters) - La Chine a déployé 
une batterie sophistiquée de missiles sol-air sur l'île de 
Yongxing, dans un secteur de mer de Chine du Sud revendiqué à la 
fois par Pékin, Taïwan et le Vietnam, ont déclaré mercredi les 
autorités taïwanaises et américaines, mais Pékin a démenti ces 
informations qualifiées par les autorités "d'inventions de 
certains médias occidentaux". 
    L'île de Yongxing, ou Woody Island (île boisée) en anglais, 
appartient à l'archipel des Paracels.  
    Le déploiement de ces missiles, d'abord annoncé par la 
chaîne américaine Fox News, a été par la suite confirmé par un 
responsable du Pentagone et le porte-parole du ministère 
taïwanais de la Défense, le général David Lo.  
    "Les parties concernées devraient travailler ensemble au 
maintien de la paix et de la stabilité en mer de Chine 
méridionale et s'abstenir de mesures unilatérales susceptibles 
d'accroître les tensions", a déclaré l'officier taïwanais.  
    L'initiative chinoise a été dévoilée alors même que se 
concluait en Californie un sommet entre Barack Obama et les 
dirigeants des dix pays de l'Asean (Association des Nations de 
l'Asie du Sud-Est) justement consacré à la sécurité maritime 
dans la région.  
    "Nous avons discuté de la nécessité de mesures concrètes en 
mer de Chine du Sud pour faire baisser les tensions", a déclaré 
le président américain, citant notamment l'arrêt de nouvelles 
revendications, de nouvelles constructions et de la 
militarisation de certains secteurs. 
    Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a 
démenti ces informations, qualifiées de "créations de certains 
médias occidentaux" et a invité les chancelleries occidentales à 
s'intéresser davantage aux phares que la Chine construit dans la 
région. 
    Pékin estime que la quasi-totalité de la mer de Chine 
méridionale lui appartient et construit des pistes aéronautiques 
et d'autres infrastructures sur des récifs artificiels pour 
faire valoir ses revendications, mais les autres pays riverains 
réclament également des portions de cet espace maritime 
stratégique pour le commerce mondial et riche en ressources 
naturelles.  
    "En ce qui concerne les installations d'autodéfense que la 
Chine a construites sur les îles et récifs où nous avons des 
hommes, elles sont conformes au droit de la Chine à se protéger 
comme l'autorise la loi internationale, donc cela ne devrait 
susciter aucune question", a-t-il dit Wang Yi. 
    La construction d'installations sur ces îles ne peut être 
assimilée à une militarisation de la zone car elle relève de la 
défense nationale, a dit son porte-parole, Hong Leï. 
     
    DEUX BATTERIES DE HUIT LANCEURS 
    La politique affichée de son côté par les Etats-Unis est de  
veiller à la liberté de navigation dans la région en menant des 
patrouilles aériennes et maritimes.  
    Mira Rapp-Hooper, spécialiste de la mer de Chine méridionale 
au Center for a New American Security, précise que ce n'est pas 
la première fois que la Chine installe de tels dispositifs sur 
l'archipel des Paracels, sous contrôle chinois depuis 1974.  
    "Je ne crois pas que des missiles sol-air constituent un 
événement considérable", dit-elle. "S'ils ont été déployés, 
c'est probablement parce que la Chine cherche à envoyer une 
réponse aux opérations sur la liberté de navigation, mais je ne 
crois pas que ce soit totalement sans précédent." 
    Pékin se défend lui-même de chercher à militariser les îles 
et récifs de mer de Chine du Sud, tout en n'excluant pas de 
consolider ses défenses.  
    "L'île de Yongxing appartient à la Chine", tranche Ni 
Lexiong, expert naval à l'université de droit et science 
politique de Shanghai.  
    "Déployer des missiles sol-air sur notre territoire entre 
totalement dans le cadre de nos droits souverains." 
    Selon Fox News, deux batteries de huit lanceurs ont été 
installées au cours de la semaine écoulée. Il s'agirait d'un 
système de défense aérienne de type HQ-9, d'une portée de 200 km 
environ.  
 
 (Avec Ben Blanchard à Pekin,; Jean-Stéphane Brosse et Nicolas 
Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant