RPT-LEAD 2-L'opposition dispersée à Ouagadougou, coups de feu à la RTB

le
1

* Les manifestants réclamaient le départ du lieutenant-colonel Zida * L'armée a désigné cet officier pour conduire la transition * L'Union africaine et les USA réclament une transition civile (Répétition titre) par Joe Penney et Nadoun Coulibaly OUAGADOUGOU, 2 novembre (Reuters) - L'armée burkinabée, visiblement décidée à conserver le pouvoir deux jours après la démission du président Blaise Compaoré, a dispersé plusieurs milliers de manifestants rassemblés à Ouagadougou et des militaires ont tiré des coups de feu au siège de la radio-télévision publique. A l'appel de l'opposition, les manifestants ont convergé sur la place de la Nation, épicentre du mouvement de contestation qui a renversé Blaise Compaoré en quelques jours après vingt-sept années passées à la tête du pays. L'état-major a désigné samedi le lieutenant-colonel Isaac Zida, membre de la garde présidentielle, pour mener à bien la transition. Dénonçant un coup d'Etat militaire, l'opposition accuse l'armée d'avoir "confisqué" le pouvoir. Les tirs signalés au siège de la RTB ont retenti peu après l'arrivée de Saran Sérémé, présidente du Parti pour le développement et le changement (PDC) et figure de l'opposition. Elle était accompagnée d'une centaine de partisans qui scandaient "Saran présidente !", ont rapporté des témoins. Un général de l'armée se trouvait également dans les studios, où il s'apprêtait comme elle à annoncer qu'il entendait superviser la transition, mais d'autres militaires les en ont tous deux empêchés. Aucun blessé n'a été signalé mais la RTB a cessé d'émettre. Peu après, la garde présidentielle a fermé les accès à la place de la Nation. Selon des sources militaires, le lieutenant-colonel Zida devait rencontrer les représentants d'une quarantaine de partis d'opposition et prendre la parole à 18h00 heure locale (18h00 GMT). Dans un communiqué diffusé samedi soir, l'opposition et les organisations de la société civile "ont réaffirmé que la victoire issue de l'insurrection populaire appartient au peuple. Et, par conséquent, la gestion de la transition lui revient légitimement et ne saurait être, en aucun cas, confisquée par l'armée". "Zida = Judas", pouvait-on lire dimanche sur une pancarte brandie par un manifestant, place de la Nation. "Zida, dégage", proclamait une autre. CONDAMNATIONS DE L'UNION AFRICAINE ET DES USA Dans un communiqué diffusé samedi, l'Union africaine a elle aussi condamné l'arrivée de l'armée au pouvoir. Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'UA, a jugé du devoir des forces armées et de sécurité "de se mettre à la disposition des autorités civiles qui seront chargées de conduire la transition et d'agir dans un esprit républicain". ID:nL5N0SR0MZ Mohammed Ibn Chambas, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest (UNOWA), s'est également prononcé pour la restitution du pouvoir à la société civile. "Nous espérons une transition conduite par des civils conformément à la Constitution", a-t-il déclaré, évoquant de possibles sanctions dans le cas contraire. La constitution du Burkina Faso prévoit qu'en cas de vacance à la tête de l'Etat, l'intérim est confié au président de l'Assemblée nationale et une élection est organisée dans un délai de 90 jours. Mais la chambre a été dissoute par l'armée au soir des violentes manifestations de jeudi dans le cadre de l'état d'urgence brièvement décrété par Compaoré. Les Etats-Unis ont également condamné "la tentative de l'armée du Burkina d'imposer sa volonté au peuple du Burkina Faso" et exigé "de l'armée qu'elle transfère immédiatement le pouvoir aux autorités civiles", selon une déclaration de la porte-parole du département d'Etat, Jen Psaki. Washington pourrait geler sa coopération militaire avec le Burkina s'il considère que l'armée a bien procédé à un coup d'Etat. Vendredi, Paris avait salué la démission de Compaoré et appelé à la "tenue rapide d'élections démocratiques". Le Burkina Faso est l'une des bases de l'opération Barkhane mise en place par Paris pour contrer les groupes islamistes au Mali et dans le reste de la bande sahélienne. Des forces spéciales y sont stationnées. (avec Mathieu Bonkougou; Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le dimanche 2 nov 2014 à 13:24

    Ce pays ne semble pas doué pour la démocratie