RPT-LEAD 2-France-Le geste terroriste écarté pour les agressions de Dijon

le
12

(Suppression du point d'interrogation § 1) * Les agressions de Dijon ne sont pas terroristes, dit le parquet * L'homme qui a blessé 13 personnes a un lourd passé psychiatrique * Hollande appelle à la "vigilance" DIJON, Côte-d'Or, 22 décembre (Reuters) - L'automobiliste qui a blessé 13 piétons dimanche à Dijon (Côte d'Or) est un déséquilibré qui n'avait pas de motivations terroristes, même s'il dit avoir agi en pensant aux enfants de Palestine ou de Tchéchénie, a déclaré lundi le parquet. Cet homme de 40 ans, qui a effectué 157 passages en psychiatrie en une dizaine d'années, sera présenté mardi à la justice pour tentatives d'assassinat, a précisé Marie-Christine Tarrare, procureur de la République de Dijon. "Cette dramatique affaire est l'oeuvre d'un déséquilibré et il ne s'agit absolument pas d'un acte terroriste", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse. Huit personnes fauchées par l'automobiliste dimanche soir dans plusieurs rues de Dijon étaient toujours hospitalisées lundi mais leurs vies ne sont pas en danger. Des témoins ont affirmé qu'avant d'être interpellé, cet homme né en France d'une mère algérienne et d'un père marocain avait crié "Allahou Akbar" (Dieu est grand) et revendiqué son geste en pensant aux enfants de Palestine. Les autorités n'ont toutefois pas lié son acte à celui de l'homme abattu samedi à Joué-lès-Tour (Indre-et-Loire) par des policiers qu'il avait agressés à l'arme blanche en criant lui aussi "Allahou Akbar". Aucune documentation en lien avec l'Etat islamique n'a été retrouvée lors des perquisitions visant l'homme gardé à vue à Dijon, qui ne disposait pas d'internet et vivait chez ses parents. Marie-Christine Tarrare a indiqué qu'il avait "reconnu parfaitement" les faits, tout en jugeant ses motivations "floues et peu cohérentes". Lors de son interpellation, l'homme a d'abord dit avoir agi "pour réagir au traitement qui pourrait être fait aux enfants de Palestine", a-t-elle dit. PSYCHOSE À DÉLIRE MYSTIQUE Puis il a expliqué, alors qu'il regardait une émission de Noël à la télévision, "avoir été pris d'une bouffée d'empathie pour les enfants de Tchétchénie et pour la manière dont les Tchétchènes étaient victimes de tortures". Il aurait alors voulu "s'en prendre à l'Etat français", envisageant de viser des policiers ou des militaires, mais serait passé devant le commissariat de la ville sans passer à l'acte, préférant s'en prendre à des piétons. L'homme a reconnu avoir crié "Allahou Akbar" pour se "donner du courage" et pour "annihiler tout esprit critique". Marie-Christine Tarrare a insisté sur son lourd passé psychiatrique, précisant qu'il souffrait d'une "psychose ancienne à délire mystique" et qu'il était un ancien toxicomane. Après les événements de Joué-lès-Tour et de Dijon, François Hollande a appelé à "ne pas céder à la panique" tout en faisant preuve d'une "extrême vigilance", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, à l'issue du conseil des ministres. Nathalie Goulet, sénatrice de l'Orne et présidente de la commission d'enquête sur la lutte contre les réseaux djihadistes, a elle aussi appelé à "garder la tête froide" et à "se garder des amalgames". "Comment faire la différence entre un illuminé, instable, déséquilibré et un vrai terroriste ? Un cri d'Allah Akbar fait-il le terroriste ?", demande-t-elle dans un communiqué où elle met en garde contre "la course à l'information". Pour Nathalie Goulet, la détection précoce d'une islamisation radicale doit être une priorité. "Le tout sécuritaire est insuffisant, l'inventaire des mesures existantes, 14 lois antiterroristes en 20 ans, et de l'évolution des technologies en sont la preuve et l'équation ne trouve pas sa solution dans l'invective ou le tout répressif", explique-t-elle. Le ministre de l'Intérieur a annoncé samedi soir un renforcement des mesures de sécurité des personnels au sein des services de police et des unités de gendarmerie comme sur la voie publique. (Gérard Bon, avec Antony Paone à Dijon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 23 déc 2014 à 00:41

    Erdogan, de Turquie : Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats. Le Cheik Al-Qaradawi : Président du Conseil européen de la fatwa et de la recherche structure juridique mère de l’UOIF : L'islam retournera en Europe en conquérant et en vainqueur.

  • M940878 le lundi 22 déc 2014 à 16:59

    Oui bien sûr , ce ne serait pas politiquement correct de le dire , électorat bobos oblige

  • M3182284 le lundi 22 déc 2014 à 16:57

    Encore un apport de la diversité. Mais on ne reste pas inactif: il a déjà été décidé de faire taire Zemmour de I-télé, c'est un pas de plus vers la cécité collective. Après tout, ces moricauds ne gênent que leurs victimes.

  • odnaz le lundi 22 déc 2014 à 16:51

    Au mieux j'en conclus qu'il vaut mieux passer 157 fois en psychiatrie que 3 fois devant un radar automatique et d'oublier sa ceinture 1 fois !!! .... il avait encore son permis ? J'en arrive à me demander si ce ne sont pas nos ministres, président, médias, ... qui sont les plus dérangés ? C'est peut-être pour cela qu'on leur pardonne autant de co..... depuis 35 ans !

  • M4709037 le lundi 22 déc 2014 à 16:48

    Langue de bois toujours active.

  • LeRaleur le lundi 22 déc 2014 à 16:32

    Ben voyons, faut arrêter de nous prendre pour des demeurés. Et quand il y en aura des dizaines par jour, ils diront quoi ?

  • dotcom1 le lundi 22 déc 2014 à 16:13

    Je propose une sanction lourde comme le retrait de 3 points du permi. Ca lui apprendra...

  • M4841131 le lundi 22 déc 2014 à 16:10

    la pravda de la france en action, continuez d'écoeurer les français ..... 2017 ?????

  • mipolod le lundi 22 déc 2014 à 16:10

    Il avait le hoquet ! Hips...zut 3 piétons !

  • adhbsm le lundi 22 déc 2014 à 16:00

    ben voyons!!