RPT LEAD 2-Brésil-Une ville dévastée par la rupture d'un barrage

le , mis à jour à 10:12
0

(mot manquant, mastic) BRASILIA, 6 novembre (Reuters) - Un barrage retenant les eaux usées issues d'une mine de minerai de fer détenue par Vale VALE5.SA et BHP Billiton BHP.AX au Brésil a cédé jeudi, inondant une ville et provoquant, selon la presse locale, la mort de 15 à 16 personnes et 45 disparus. L'entreprise minière Samarco, coentreprise détenue par les géants Vale et BHP Billiton, précise dans un communiqué ne pas avoir encore réussi à déterminer les causes de l'incident ni l'étendue des dégâts à la mine de Germano, située non loin de la ville de Mariana, dans l'Etat du Minas Gerais. Lors d'une conférence de presse organisée à Melbourne, le directeur général de BHP Billiton, Andrew MacKenzie, a déclaré à son tour qu'il était encore difficile d'établir un bilan et de déterminer les causes de la catastrophe. "Ce qui s'est passé s'est en grande partie déroulé dans l'obscurité", a-t-il dit à des journalistes. "A l'aube, nous en saurons bien davantage et nous vous informerons des développements." Vale a renvoyé les médias à Samarco pour tout question. Les autorités de Mariana ont dit que quelque 600 personnes étaient évacuées du village de Bento Rodrigues, où, au vu d'images de télévision, des dizaines de maisons ont été détruites par des coulées de boue. Ces autorités ont précisé que ces coulées avaient atteint un autre village, Paracatu de Baixo, dont les habitants étaient également évacués. Selon le service d'informations G1 de Globo News, entre 15 et 16 personnes sont mortes à la suite du déversement des eaux usées, susceptibles de contenir des limailles de métal et des produits chimiques, et 45 autres sont portées disparues. Les autorités n'ont pas confirmé le nombre de victimes rapporté par les médias brésiliens, les qualifiant de spéculations. Un responsable a confirmé un décès et 16 blessés, ajoutant que des dizaines d'autres étaient portés disparus. Samarco produit quelque 30 millions de tonnes de minerai de fer an, soit un peu moins de 10% de la production brésilienne. (Anthony Boadle, Benoît Van Overstraeten et Nicolas Delame pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant