RPT-LEAD 1-Une Néerlandaise critique du président turc brièvement arrêtée

le , mis à jour à 19:07
0
 (Rpt titre) 
    ISTANBUL/AMSTERDAM, 24 avril (Reuters) - Une journaliste 
néerlandaise de renom a été arrêtée par la police turque dans la 
nuit alors qu'elle était en vacances, avant d'annoncer sa 
libération dimanche après-midi, une semaine après avoir écrit un 
article critiquant le président turc Recep Tayyip Erdogan pour 
la répression de ses opposants. 
    Le chef de l'Etat turc est connu pour son intolérance à la 
critique. A sa demande, des poursuites ont été engagées en 
Allemagne contre un humoriste qui l'avait tourné en dérision. 
    En Turquie, des poursuites ont été engagées contre plus de 
1.800 personnes, journalistes, caricaturistes, universitaires et 
même écoliers, depuis son élection à la présidence de la 
République en 2014, a annoncé le ministère de la Justice le mois 
dernier. 
    La journaliste néerlandaise interpellée, Ebru Umar, est 
d'origine turque et très critique envers Recep Tayyip Erdogan. 
Elle a annoncé dimanche sur Twitter qu'elle avait été libérée, 
mais qu'elle n'était pas autorisée à quitter le pays. 
    Dans un article paru dans le journal gratuit Metro, elle 
qualifiait Erdogan de "dictateur" et critiquait un responsable 
consulaire turc aux Pays-Bas pour avoir demandé aux Turcs de lui 
faire part des faits d'insultes contre le président Erdogan dans 
le pays. Cet appel avait été très critiqué, y compris par le 
Premier ministre néerlandais Mark Rutte et a par la suite été 
retiré. 
    Sur son compte Twitter, la journaliste avait écrit dans la 
nuit : "Policiers devant la porte. C'est pas une blague." 
    Elle a ensuite fait savoir sur le réseau social qu'elle 
était emmenée à un poste de police à Kusadasi, une station 
balnéaire de la mer Egée. 
    Elle a annoncé sa libération dimanche après-midi, 15 heures 
après avoir été interpellée. 
    L'année dernière une autre journaliste néerlandaise avait 
été expulsée de Turquie après avoir été interpellée. Elle était 
soupçonnée d'avoir apporté de l'aide à des militants kurdes. 
 
 (David Dolan et Thomas Escritt; Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant