RPT-LEAD 1-Mediaset se plaint de Vivendi auprès de l'AMF-source

le , mis à jour le
0
 (Répétition sans changement de la dépêche transmise jeudi soir) 
    MILAN/PARIS, 8 septembre (Reuters) - Mediaset  MS.MI  a 
porté devant l'Autorité française des marchés financiers (AMF) 
son conflit avec Vivendi  VIV.PA , exigeant que le groupe de 
Vincent Bolloré corrige des communiqués concernant leur projet 
d'accord dans la télévision payante, a rapporté jeudi une source 
au fait du dossier. 
    Vivendi a dit fin juillet avoir remis en question les 
modalités de cet accord au nom de divergences sur la santé 
financière de la filiale Mediaset Premium qu'il était censé 
acquérir, provoquant la colère du groupe italien qui a engagé un 
recours devant la justice italienne.   
    L'empire de Silvio Berlusconi a par ailleurs envoyé une 
lettre mercredi au gendarme français de la Bourse lui demandant 
de réclamer à Vivendi de modifier des déclarations concernant la 
transaction Mediaset Premium incluses dans sa publication de 
résultats du premier semestre.    
    Vivendi n'a pas souhaité faire de commentaire sur ces 
informations. 
    L'AMF a bien reçu un courrier de Mediaset, a confirmé une 
porte-parole de l'institution, qui n'a pas souhaité en préciser 
la teneur ni les suites que l'AMF comptait y donner.  
    Le gendarme de la Bourse a précisé qu'il n'avait pas 
vocation à régler les litiges commerciaux. 
    La même source a par ailleurs précisé que Mediaset 
envisageait de demander à la justice italienne d'accélérer 
l'examen de son recours alors que la première audition est 
prévue pour février 2017.  
    L'accord initial prévoyait la reprise par Vivendi de la 
totalité du capital de Mediaset Premium mais aussi un échange de 
participations croisées à hauteur de 3,5% de chacun des deux 
groupes. 
    Vivendi a par la suite fait volte-face, proposant de 
n'acquérir que 20% de Premium, qui est déficitaire, et de monter 
progressivement à 15% au tour de table de Mediaset. 
    Le français a prévenu que faute de parvenir à un accord dans 
les temps, l'accord d'avril pourrait être mort-né au 30 
septembre en l'absence de feu vert des autorités de concurrence 
européennes, ce que la partie italienne conteste. 
    Bien que la bataille des mots se poursuive, des discussions 
continuent entre les deux parties pour tenter de parvenir à une 
solution de compromis, rapportaient toutefois trois sources au 
fait du dossier à Reuters fin août.   
 
 (Claudia Cristoferi à Milan, Gwénaëlle Barzic à Paris, édité 
par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant