RPT-LEAD 1-Japon-Le PIB a reculé de 1,9% au T3 en rythme annualisé

le
0

(Bien lire lundi et non jeudi §1) TOKYO, 8 décembre (Reuters) - La contraction du produit intérieur brut (PIB) japonais a été plus importante qu'escompté au troisième trimestre, selon les chiffres révisés publiés lundi, qui viennent appuyer la décision du Premier ministre Shinzo Abe de reporter la deuxième hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Ces chiffres montrent que la première hausse, en avril, a eu un effet plus important que prévu. Le chef du gouvernement, qui a convoqué des élections anticipées dimanche, espèrent que sa décision sera saluée dans les urnes et que les Japonais approuveront sa politique de relance de l'économie. Les chiffres révisés font état d'un recul du PIB de 1,9% en rythme annualisé alors que l'estimation était de 1,6%. Ils confirment donc que la troisième puissance économique mondiale est entrée en récession, phénomène qui se définit techniquement par deux trimestres consécutifs de baisse du PIB. Par rapport au trimestre précédent, le recul est de 0,5%, alors que l'estimation préliminaire était de - 0,4%. Les marchés tablaient, eux, sur une contraction de 0,1%. L'Etat japonais a besoin de rentrées fiscales supplémentaires pour contenir un endettement qui dépasse les 200% du PIB. Après avoir été relevée de 5 à 8% le 1er avril, la TVA devait passer à 10% l'année prochaine, mais Shinzo Abe a donc décidé de repousser l'échéance à 2017. Sa décision a dissipé les inquiétudes quant à l'évolution des dépenses des ménages, qui représentent 60% du PIB. Son recul plus important que prévu témoigne toutefois de l'essoufflement de ses mesures de relance. Depuis son arrivée au pouvoir en décembre 2012, Shinzo Abe s'est fixé pour objectif de faire remonter l'inflation à 2% via un mélange de politique monétaire ultra-accommodante et de mesures de relance budgétaire baptisé "Abenomics". Ces mesures ont eu un effet immédiat sur le PIB qui a augmenté de 4% en rythme annualisé sur les six premiers mois de 2013. La Bourse de Tokyo a quant à elle bondi de 56,7% l'an dernier, mais la situation s'est dégradée avant même le relèvement de la TVA d'avril et le plongeon du PIB, ce qui a conduit début novembre la Banque du Japon à augmenter encore ses rachats d'actifs. Selon les économistes, le Japon devrait renouer avec la croissance au quatrième trimestre. (Leika Kihara, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant