RPT-Le soutien politique aux "dinosaures" bancaires doit cesser-Dombret

le , mis à jour le
0
 (Répétition titre, texte sans changement) 
    VIENNE, 28 septembre (Reuters) - Le soutien politique en 
faveur d'un secteur bancaire européen surdimensionné doit 
cesser, a déclaré mardi un influent banquier central allemand 
qui a comparé les banques à des dinosaures menacés d'extinction. 
    Andreas Dombret, membre du directoire de la Bundesbank  
chargé de la supervision bancaire, a dit que les déficiences des 
banques devaient être traitées et que le secteur bancaire devait 
pouvoir encore se contracter.  
    "Il doit définitivement être mis fin au soutien politique au 
secteur bancaire, une chose que je n'ai malheureusement constaté 
que dans une mesure limitée", a-t-il dit.  
    La Deutsche Bank  DBKGn.DE , première banque allemande, a 
affirmé lundi qu'elle n'avait pas besoin de l'aide du 
gouvernement allemand face à la menace d'une amende de 14 
milliards de dollars (12,5 milliards d'euros).   
    "Fondamentalement, nous ne pouvons refuser de discuter des 
déficiences structurelles du secteur bancaire." 
    Comparant les banques à des dinosaures, Dombret a estimé 
qu'elles ne devaient pas espérer que leur taille puisse les 
prémunir du risque de disparition face aux menaces que 
représentent la diminution du niveau d'endettement global dans 
l'économie, la concurrence des fintechs, le vieillissement de la 
population et la faiblesse des taux d'intérêt.  
    "Une des leçons de l'ère des dinosaures reste d'actualité: 
la taille n'est pas un objectif en soi", a poursuivi Dombret.  
"La taille d'une banque en particulier n'est pas plus une 
garantie de sa survie que celle du secteur tout entier de sa 
capacité à se protéger contre les crises." 
    La simple adaptation à un nouvel environnement peut ne pas 
suffire, a-t-il prévenu.  
    "Jusqu'à présent l'accent a été mis de manière trop marquée 
sur le manque d'ajustement des modèles d'affaire. La réponse est 
peut être que le secteur bancaire est devenu trop gros." 
    L'action Deutsche Bank a inscrit mardi un nouveau plus bas 
record et la banque publique NordLB a renoncé à lancer un 
emprunt de 500 millions d'euros, autant de preuves des craintes 
qu'inspire aux investisseurs l'état de santé du secteur bancaire 
de la première économie d'Europe.   
     
 
 (François Murphy, Marc Joanny pour le service français, édité 
par Marc Angrand) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant