RPT-Le retrait du Note 7 pourrait coûter jusqu'à $17 mds à Samsung

le , mis à jour à 13:09
0
 (Rpt coquille §8) 
    par Se Young Lee 
    SÉOUL, 11 octobre (Reuters) - La catastrophe industrielle du 
Galaxy Note 7 pourrait coûter à Samsung Electronics  005930.KS  
jusqu'à 17 milliards de dollars (15,3 milliards d'euros), le 
géant sud-coréen ayant dû rappeler pour la seconde fois ce 
téléphone mobile haut de gamme avant de se résoudre à le retirer 
définitivement de la vente. 
    Lancé cet été en Asie et aux Etats-Unis, où il était vendu 
882 dollars pièce, le Galaxy Note 7 avait fait l'objet début 
septembre d'un premier rappel portant alors sur 2,5 millions 
d'appareils.   
    L'arrêt définitif de la commercialisation représente la 
vente perdue d'environ 19 millions de téléphones, soit environ 
17 milliards de dollars de chiffre d'affaires selon les calculs 
de Credit Suisse. Ce chiffre correspond aux ventes que Samsung 
pouvait espérer réaliser durant le cycle de production du Note 
7, qui n'aura pas eu le temps d'être lancé en Europe. 
    Jusqu'à présent les analystes s'attendaient à une perte en 
termes de chiffres d'affaires de seulement cinq milliards de 
dollars, en comptant les ventes ratées et la première vague de 
rappels, dans l'espoir d'une reprise des ventes du Note 7 au 
quatrième trimestre. 
    Pour les analystes de Nomura, Samsung pourrait accuser une 
perte de chiffre d'affaires pouvant atteindre 1.600 milliards de 
wons (1,28 milliard d'euros) sur le seul quatrième trimestre 
dans l'hypothèse où il aurait produit environ quatre millions de 
Note 7. 
    Pour Samsung, dont la capitalisation boursière s'élève à 235 
milliards de dollars et dont la trésorerie atteint 69 milliards 
de dollars, cette perte reste toutefois surmontable. 
    Le vrai problème pour le groupe sud-coréen sera l'impact sur 
le long terme de cet échec pour sa réputation et son image de 
marque ternies, soulignent analystes et experts. 
    "Nous pensons que l'incident du Note 7 pourrait également 
affecter la demande pour les autres modèles de Samsung", 
écrivent les analystes de Nomura dans une note, ajoutant que le 
retrait du produit pourrait les amener à réduire de jusqu'à 85% 
leur estimation de bénéfice pour la division mobile du 
sud-coréen au quatrième trimestre. 
    "La gamme (Note 7) va être à jamais ternie et le danger est 
que la marque (Samsung) soit irrémédiablement endommagée aussi", 
juge Stephen Robb, associé au cabinet d'avocats britannique 
Weightmans. 
    "Ils doivent écrire à chaque consommateur pour s'excuser et 
proposer une forme de dédommagement... Ce sera clairement 
onéreux pour le groupe qui n'a pas d'autre choix s'il ne veut 
pas finir comme Nokia et Blackberry". 
    Samsung est également confronté à des actions en justice, 
avec la plainte d'au moins deux consommateurs aux Etats-Unis qui 
réclament des dommages et intérêts résultant d'un smartphone 
défectueux.  
    Le groupe sud-coréen a enregistré aux Etats-Unis 92 cas de 
surchauffe de la batterie de son appareil, dont 26 ayant causé 
des brûlures et 55 des dommages matériels, d'après l'annonce 
faite par le régulateur américain lors du rappel du 15 
septembre. 
    Le Note 7 va également avoir un impact sur la division de 
composants de Samsung, une importante source de croissance et de 
revenus pour le groupe puisqu'elle produit des écrans et puces 
mémoire pour les smartphones. 
    La baisse du carnet de commandes suite au retrait du Note 7 
pourrait affecter le chiffre d'affaires global et le prix des 
composants, ajoutent les analystes.   
    Voir aussi  
BREAKINGVIEWS-Samsung's Note 7 was not worth saving  
   
 
 (avec Nataly Pak; Claude Chendjou pour le service français, 
édité par Véronique Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant