RPT-Le parlement égyptien interdit à la police de parler aux médias

le , mis à jour à 04:04
0
 (Répétition du titre) 
    LE CAIRE, 10 août (Reuters) - Le parlement égyptien a 
approuvé mardi une série de restrictions imposées aux forces de 
police qui les empêcheront de fournir des informations à la 
presse, une mesure qui, selon les critiques du régime, 
s'apparente à une tentative de dissimuler encore davantage des 
abus et des actes de corruption intervenant aux plus hauts 
niveaux de l'Etat. 
    Des amendements à la loi régissant les forces de l'ordre 
interdiront aux agents de police de fournir des informations, de 
publier des documents, des rapports ou des photos en lien avec 
leur travail sans une autorisation écrite du ministère de 
l'Intérieur. 
    Des agents de police qui contreviendraient à cette nouvelle 
loi encourent des peines de prison et des amendes pouvant 
atteindre 20.000 livres égyptiennes (2.026 euros). 
    En février, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi avait 
demandé au ministre de l'Intérieur de prendre des mesures contre 
des abus policiers et de soumettre à cet effet des propositions 
aux parlement. 
    Les associations de droits de l'homme et des avocats 
dénoncent depuis longtemps ce qu'ils qualifient de culture 
d'impunité régnant dans les rouages de l'Etat égyptien, ajoutant 
que les brutalités policières sont monnaie courante. 
 
 (Mohammed Abdellah et Amina Ismail, Benoît Van Overstraeten 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant