RPT-Le gouvernement se dit attentif à l'emploi chez Air France

le
3
RPT-Le gouvernement se dit attentif à l'emploi chez Air France
RPT-Le gouvernement se dit attentif à l'emploi chez Air France

Répétition du titre.

PARIS (Reuters) - Le nouveau ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a déclaré lors d'un entretien avec le PDG d'Air France que le gouvernement serait particulièrement attentif à ce que le plan de redressement de la compagnie aérienne ne se traduise pas par des licenciements secs.

"Lors de cet entretien, le ministre a souligné qu'il serait particulièrement attentif tout au long des mois à venir à ce que la compagnie qui compte 53.000 salariés puisse se donner les moyens de son redressement, en écartant tout plan prévoyant des départs non volontaires", a précisé le ministère dans un communiqué publié vendredi.

"Prenant acte de l'engagement de la compagnie de ne pas prévoir de départs contraints, le ministre a souhaité qu'une information complète de l'évolution de la situation d'Air France et de ses salariés soit donnée par l'entreprise au gouvernement", a-t-il ajouté.

Air France a présenté jeudi un plan de réorganisation de ses activités court- et moyen-courriers qui prévoit en particulier la création d'un pôle régional regroupant trois compagnies existantes et la montée en puissance de la compagnie "low cost" Transavia.

La compagnie française, qui veut également ouvrir de nouvelles lignes long-courriers et améliorer la qualité de son service sur ce segment lucratif, a dit avoir décelé des "sureffectifs" dont elle ne précisera le volume que durant la deuxième quinzaine de juin.

Le PDG d'Air France, Alexandre de Juniac, a réaffirmé toutefois sa volonté d'éviter des licenciements secs.

Air France-KLM, numéro deux européen du transport aérien, dont l'Etat français détient 15,9%, veut économiser deux milliards d'euros d'ici fin 2014 afin de réduire sa dette d'autant, en réduisant à la fois ses investissements dans sa flotte et ses effectifs.

Jean-Michel Bélot, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8637171 le vendredi 25 mai 2012 à 09:54

    C'est avant tout les mentalités qu'il faut changer. Il faut laisser la possibilité aux salariés de s'entendre avec les patrons pour faciliter l'emploi. Plusieurs CDD consécutifs possibles avec des extensions au delà de 18 mois. Les CDIC doivent pouvoir se rompre avec des délais négociés avec les salariés et non imposés par la loi. Libre aux acteurs de s'entendre ou pas.

  • M8637171 le vendredi 25 mai 2012 à 09:47

    Si les licenciements secs permettent de sauver une société et l'emploi des restants ne faut-il pas le faire? Cela s'est fait dans de très nombreuses sociétés et a permis de les sauver. De plus les licenciés peuvent décider d'entreprendre ou changer de métiers. c'est difficile d'être optimiste mais il faut se battre et alors on trouve du travail! L'état peut y aider en favorisant les emplois flexibles.

  • M4261473 le vendredi 25 mai 2012 à 09:46

    Attendons les legislatives pour voir si la gauche va mettre en place des politiques favorisant le développement des entreprises et donc de l'emploi ou augmenter les charges des entreprises.