RPT-La politique de la BCE préjudiciable au marché des repos-étude

le , mis à jour à 18:58
0

(Répétition titre) par John Geddie LONDRES, 18 novembre (Reuters) - La politique de taux ultra-bas de la Banque centrale européenne (BCE) risque de mettre à mal un marché qui permet aux banques et aux grandes entreprises d'échanger des titres contre des liquidités, une source de financement qui pourrait s'avérer d'une importance vitale lorsque la banque centrale mettra fin à cette politique. Selon une étude de l'organisation professionnelle International Capital Market Association (ICMA), la politique d'assouplissement monétaire de la BCE a abouti à gonfler les réserves des banques et à des taux d'intérêt négatifs qui mettent sous tension un marché des prises en pension (repos) européen estimé à 5.600 milliards d'euros. Les repos -- l'octroi de prêts à court terme en échange de garanties sous la forme d'emprunts publics et de sociétés -- sont employés par les banques et les entreprises non financières pour gérer leur trésorerie. Selon cette étude, la politique de la BCE couplée aux nouvelles réglementations a provoqué une baisse des profits, obligeant la plupart des établissement qui proposent des prises en pension à restructurer leur "business model" et certains d'entre eux traitent à présent à perte avec la clientèle. Si la situation ne s'améliore pas, il pourra s'avérer difficile de conclure des opérations de repo à des conditions acceptables, ce qui pourrait peser sur l'économie lorsque la BCE mettra un terme à l'assouplissement quantitatif. "Ce qui préoccupe le plus les participants du marché c'est que (le marché des repos)(...) ne puisse plus fonctionner aussi efficacement que par le passé dans sa mission de fournir au système financier de la liquidité et de la fluidité dans les garanties, avec ce qui s'ensuivrait comme conséquences négatives à la fois pour les marchés et pour l'économie en général", écrit l'ICMA. Le marché européen des prises en pension s'est contracté de 2,9% sur une période d'un an, montrait une étude de l'ICMA publiée en septembre. Si la BCE, comme les marchés s'y attendent, assouplit encore sa politique monétaire le mois prochain en réduisant encore plus un taux des dépôts déjà négatif ou en augmentant ses rachats d'actifs dans le cadre de son programme d'assouplissement quantitatif (QE), les difficultés de ce segment du marché ne feront que s'aggraver. La BCE ayant inondé l'économie européenne de milliards d'euros par l'intermédiaire des marchés financiers depuis le lancement du QE en mars, les banques débordent de cash et ne sont plus dépendantes de sources de financement commerciales comme les prises en pension. "Certains banquiers disent qu'il est déjà trop tard, que ce marché est déjà à genoux", a dit Godfried de Vidts, président de l'European Repo Committee de l'ICMA et co-auteur du rapport. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant