RPT-La Fed veut plus d'emplois avant de réduire ses rachats

le
0
LA FED SOUHAITE DAVANTAGE DE CRÉATIONS D?EMPLOIS AVANT DE RÉDUIRE LES RACHATS D'ACTIFS
LA FED SOUHAITE DAVANTAGE DE CRÉATIONS D?EMPLOIS AVANT DE RÉDUIRE LES RACHATS D'ACTIFS

Répétition: mots manquants dans le premier paragraphe.

par Pedro da Costa

WASHINGTON (Reuters) - Si un consensus s'est dessiné en juin au sein de la Réserve fédérale sur la nécessité de commencer sous peu à réduire le montant des rachats d'actifs, de nombreux membres ont souligné qu'ils souhaitaient obtenir davantage de garanties sur la pérennité de la reprise économique avant qu'une décision soit prise.

Depuis quelques temps déjà, les marchés semblaient se faire à l'idée que la diminution des montants des rachats d'actifs, actuellement fixés à 85 milliards de dollars par mois, serait initiée à partir de septembre, mais la publication, mercredi, du compte-rendu du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) tend à montrer que ce pari était un peu audacieux.

De Cambridge, dans l'Etat du Massachusetts, le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a déclaré que la politique monétaire de Fed resterait hautement accommodante pour un "avenir proche", soulignant que l'inflation restait pour l'heure à un niveau peu élevé tandis que les politiques budgétaires sont restrictives.

Il a par ailleurs expliqué qu'un retour du taux de chômage à 6,5% ne se traduirait pas par un relèvement automatique des taux d'intérêt. Une telle décision, a-t-il dit, ne devrait se produire que quelques temps après.

"Plusieurs membres ont jugé qu'une diminution des rachats d'actifs serait rapidement justifiée", disent les minutes, mais elles ajoutent que "de nombreux membres ont indiqué qu'une amélioration poursuivie des perspectives du marché de l'emploi serait nécessaire avant qu'il soit approprié de ralentir le rythme des rachats d'actifs."

Déjà orienté en forte baisse après la publication du compte-rendu de la Fed, le dollar a encore creusé ses pertes dans le sillage des propos de Ben Bernanke, tombant du plus haut de trois ans qu'il avait atteint mardi contre un panier de devises.

"Tout le monde semble avoir sa propre opinion sur le calendrier retenu pour réduire le montant des rachats d'actifs", a commenté Kim Rupert d'Action Economics à San Francisco.

"Je pense que c'est aujourd'hui plus incertain qu'auparavant. La plupart pensaient que septembre serait un bon point de départ. Il y a beaucoup de doute sur ce calendrier."

VENT DE PANIQUE

Le président de la Fed Ben Bernanke a fait souffler un vent de panique sur les marchés financiers le 19 juin en annonçant que la banque centrale américaine envisageait de commencer à limiter le rythme de ses rachats d'actifs dès cette année, en vue d'y mettre fin mi-2014, à condition que le redressement de l'économie se confirme.

La publication la semaine dernière de chiffres accréditant l'hypothèse d'une nette amélioration du marché de l'emploi américain a toutefois incité les investisseurs à changer d'épaule et à commencer à prendre acte de la reprise aux Etats-Unis, quitte à ce qu'elle se traduise par un soutien moins fort de la Fed à l'économie américaine.

Les craintes des investisseurs se sont également atténuées avec la multiplication des déclarations de membres de la Fed qui ont expliqué qu'une baisse des rachats d'actifs ne se traduirait pas nécessairement par un relèvement des taux d'intérêt.

Le compte-rendu publié mercredi explique précise d'ailleurs que "de nombreux membres ont indiqué que les décisions sur le rythme et la composition des rachats d'actifs devaient être dissociées de celles qui regardent le niveau approprié des Fed funds."

"Certains (responsables) ont ajouté qu'ils voudraient observer davantage de signes d'amélioration sur le front de l'activité économique avant de réduire le rythme des rachats."

Deux membres ont cependant jugé qu'il faudrait commencer à amorcer une diminution "avant que les effets négatifs ne l'emportent sur les effets positifs."

Nicolas Delame pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux