RPT-L'aide à Chypre pourrait atteindre 10 milliards d'euros

le
0
RPT-L'aide à Chypre pourrait atteindre 10 milliards d'euros
RPT-L'aide à Chypre pourrait atteindre 10 milliards d'euros

Répétition du titre.

par Michele Kambas

NICOSIE (Reuters) - Chypre, cinquième membre de la zone euro à faire appel à une aide d'urgence de l'Union européenne, pourrait avoir besoin d'une enveloppe susceptible d'atteindre 10 milliards d'euros, soit plus de la moitié de son produit intérieur brut (PIB), ont déclaré mardi des responsables de la zone euro.

Nicosie a formellement présenté lundi sa demande d'aide sans en préciser le montant mais en expliquant avoir besoin de fonds aussi bien pour protéger son secteur financier exposé à la Grèce que pour combler son déficit budgétaire.

"Le montant exact n'a pas encore été décidé. Il devait s'agir de six milliards d'euros pour les besoins de financement de l'Etat et de deux milliards pour les banques, mais c'est optimiste: il y a plus de chances pour que cela soit sept et trois, jusqu'à 10 milliards d'euros au total", a déclaré l'un des responsables.

Un deuxième a confirmé que le montant de l'aide était susceptible d'atteindre 10 milliards d'euros, un niveau évoqué par la presse chypriote.

Avec 17,3 milliards d'euros de produit intérieur brut, Chypre figure parmi les trois plus petites économies de la zone euro, avec Malte et l'Estonie. Et comparée à celles déjà consenties à la Grèce, à l'Irlande, au Portugal et à l'Espagne, l'aide envisagée reste relativement modeste par son montant.

Mais le fait même que Nicosie la sollicite constitue la dernière preuve en date que les dirigeants politiques de la zone euro n'ont toujours pas trouvé de solution pour juguler la crise de la dette.

La demande de Chypre intervient à quelques jours d'un nouveau sommet européen prévu les 28 et 29 juin, mais les intervenants de marché sont convaincus qu'il ne débouchera sur aucun résultat concret.

"COÏNCIDENCE TRAGIQUE"

Fortement exposé à la crise grecque, Chypre doit trouver au moins 1,8 milliard d'euros, soit environ 10% de son produit intérieur brut (PIB), d'ici à samedi pour recapitaliser Cyprus Popular Bank, numéro deux de son secteur bancaire.

Le ministre des Finances, Vassos Shiarly, a précisé que son pays demanderait une somme suffisante pour l'aider à couvrir ses besoins de financement. Le montant total qui sera sollicité sera déterminé au cours des semaines à venir.

La demande à l'Union européenne intervient au moment où Nicosie s'apprête à en prendre la présidence tournante, le 1er juillet.

"Il s'agit d'une coïncidence tragique", a déclaré à la radio Yiannakis Omirou, président du parlement chypriote.

Chypre est exclu des marchés internationaux de capitaux depuis plus d'un an en raison de l'envolée de ses coûts de financement: le rendement de sa dette à 10 ans s'affichait mardi à plus de 16%.

Nicosie passe pour avoir hésité pendant des semaines entre une demande d'aide à l'Union européenne (UE) et un prêt bilatéral que pourraient lui consentir la Russie ou la Chine. Mais malgré la décision annoncée lundi de se tourner vers l'UE, cette deuxième option reste, semble-t-il, d'actualité.

"Nous poursuivons nos efforts pour la mise en place d'un prêt bilatéral", a déclaré Stefanos Stefanou, porte-parole du gouvernement chypriote.

La Russie a déjà prêté 2,5 milliards d'euros à Chypre fin 2011, une somme qui n'est pas suffisante pour couvrir les besoins du pays au-delà de cette année. En 2013, Chypre devra en effet refinancer 2,25 milliards d'euros de dettes.

Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant