RPT-John Kerry à Rome avec Benjamin Netanyahu, puis à Paris et Londres

le
0

(Ajoute dateline, nom des auteurs) par Jeffrey Heller et Lesley Wroughton JER15 décembre (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain John Kerry rencontrera le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Rome lundi pour discuter de diverses propositions relatives à la reconnaissance d'un Etat palestinien qui circulent aux Nations unies. Le chef de la diplomatie américaine se rendra ensuite dans la journée à Paris pour des discussions avec ses homologues européens, puis à Londres pour y rencontrer le négociateur en chef palestinien Saëb Erekat ainsi qu'une délégation de la Ligue arabe qui demandera aux Etats-unis de ne pas faire usage de son droit de veto pour bloquer les propositions au Conseil de sécurité des Nations unies. Ces réunions organisées à la hâte suggèrent que le gouvernement américain cherche dans l'urgence à gérer les initiatives des membres du Conseil de sécurité pour rédiger une nouvelle résolution avant les élections législatives anticipées en Israël qui auront lieu au mois de mars. Vendredi, John Kerry a indiqué qu'il souhaitait apaiser les tensions par les discussions prévues lundi. La Jordanie a fait circuler un projet de résolution rédigé par des Palestiniens aux 15 membres du Conseil de sécurité qui appelle à la fin de l'occupation des territoires palestiniens par Israël pour novembre 2016. La résolution sera présentée au Conseil de sécurité des Nations unies après la rencontre de John Kerry avec les représentants de la Ligue arabe, indique un communiqué de l'Autorité palestinienne à l'issue d'une réunion convoquée par le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah en Cisjordanie. Le texte sera présenté lundi, a déclaré un responsable palestinien sous le sceau de l'anonymat. UNE AUTRE PROPOSITION Le ministre israélien chargé des Affaires stratégiques Yuval Steinitz a déclaré à la presse : "Je suppose qu'une proposition anti-israélienne attirera un veto des Etats-Unis. Il en a toujours été ainsi, et c'est ce qui arrivera, nous l'espérons." Mais le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a déclaré sur les ondes de la radio militaire que les Etats-Unis ne semblaient "pas pressés d'utiliser leur veto" sur la question d'un Etat palestinien mais qu'ils recherchaient une "coordination maximum" avec Benjamin Netanyahu. La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne sont en cours de rédaction d'une autre proposition, mais, selon un responsable américain, il n'y a pas de consensus entre les trois et les Etats-Unis n'ont pas été priés de prendre position. Selon un diplomate occidental, les Européens visent une résolution qui fasse consensus avec un calendrier, non spécifié, qui soit contraignant et ils ont le sentiment que les Américains sont désormais ouverts à cette possibilité. "Il y a une fenêtre d'opportunité actuellement, il y a la volonté de leur part (..) d'étudier des options au Conseil de sécurité", a indiqué ce diplomate. Si les Etats-Unis poussent les Européens à attendre après les élections israéliennes, la Jordanie pourrait présenter la résolution rédigée par les Palestiniens au vote du Conseil de sécurité en janvier. Selon Benjamin Netanyahu, cette résolution et son délai de deux ans sont dangereux. "Cela amènera les éléments musulmans radicaux dans les banlieues de Tel Aviv et au coeur de Jérusalem", a-t-il déclaré dimanche en conseil des ministres. "Nous ne permettrons pas cela. Nous repousserons cela énergiquement et de manière responsable. Que cela ne fasse aucun doute, cela sera rejeté." (Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant