RPT-Inquiétude en Israël après la fin des sanctions contre l'Iran

le , mis à jour le
0
 (Au 2e §, bien lire Iran) 
    par Dan Williams 
    JERUSALEM, 18 janvier (Reuters) - Les autorités israéliennes 
ont fustigé dimanche la levée des sanctions internationales 
contre l'Iran et promis de signaler toute violation des 
engagements pris par la république islamique sur ses activités 
nucléaires. 
    L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a 
déclaré samedi que l'Iran s'était mis en conformité avec 
l'accord conclu le 14 juillet dernier à Vienne avec les 
puissances du P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, 
Grande-Bretagne et Allemagne). 
    Ce feu vert de l'agence onusienne a conduit à l'annonce de 
la levée des sanctions économiques et financières imposées à 
l'Iran. Quant à l'échange de prisonniers entre Washington et 
Téhéran préparé en secret et annoncé parallèlement, il est venu 
illustrer la volonté des deux ennemis d'un réengagement 
diplomatique. 
    Vu d'Israël, où le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est 
démené pendant des années pour empêcher la conclusion d'un 
accord avec Téhéran, ces développements sont porteurs d'une 
menace. 
    Dès samedi soir, Netanyahu avait publié un communiqué très 
critique dans lequel il affirmait: "Même après la signature de 
l'accord nucléaire, l'Iran n'a pas abandonné ses aspirations à 
acquérir l'arme nucléaire et continue à agir pour déstabiliser 
le Moyen-Orient et répandre le terrorisme dans le monde en 
violant ses engagements internationaux." 
    Dimanche, en conseil des ministres, il a souligné que "sans 
nos efforts en faveur des sanctions et de la mise en échec du 
programme nucléaire iranien, l'Iran aurait depuis longtemps déjà 
des armes nucléaires". 
    Le chef du gouvernement israélien a également demandé aux 
puissances mondiales d'imposer des "sanctions dures et 
agressives" si la république islamique revenait sur le moindre 
de ses engagements. 
     
    UN RENFORCEMENT DE L'AIDE MILITAIRE AMÉRICAINE ? 
    Son cabinet avait fait savoir auparavant qu'Israël 
surveillerait de près les activités nucléaires de Téhéran et 
signalerait le moindre écart à l'égard de l'accord de Vienne, 
censé limiter le programme atomique iranien à sa seule 
composante civile. 
    Au micro de la radio militaire israélienne, Ram Ben-Barak, 
directeur général du ministère du Renseignement, a estimé que 
les Iraniens avaient des raisons de célébrer l'annonce de samedi 
soir. "Ils ont réussi à embobiner tout le monde", a-t-il dit. 
    "Les Américains, a-t-il ajouté, sont satisfaits parce qu'ils 
pensent que la diplomatie l'a emporté. Mais nous, nous sommes 
très, très inquiets et les pays du Golfe aussi." 
    Ben-Barak se dit persuadé que Téhéran, de retour dans le 
commerce mondial, allait investir au cours des prochaines années 
dans la reprise de son économie tout en restant en mesure de 
relancer "du jour au lendemain" ses ambitions nucléaires. 
    Le gouvernement israélien négocie parallèlement un 
accroissement de l'aide militaire américaine et espère obtenir 
jusqu'à cinq milliards de dollars par an contre trois milliards 
actuellement. 
    A Washington, Barack Obama a réitéré les garanties 
américaines en faveur de la sécurité d'Israël et de ses autres 
alliés régionaux. Mais des responsables de son administration 
ont dit qu'il était peu probable qu'Israël obtienne le montant 
d'aide affiché. 
     
    RENVOI 
    Pour retrouver LE POINT sur la levée des sanctions: 
 ID:nL8N151131  
 
 (avec Joel Schechtman à Washington; Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant