RPT-GRAPHES-Marchés-Dix temps forts d'une année 2015 très volatile

le , mis à jour le
0
 (Répétition sans changement d'une dépêche diffusée mercredi) 
    par Jamie McGeever 
    LONDRES, 10 décembre (Reuters) - Les marchés financiers ont 
connu une année 2015 bien plus volatile qu'attendu, qui a débuté 
par une envolée du franc suisse et pourrait se terminer sur une 
hausse de taux directeurs aux Etats-Unis la semaine prochaine. 
    Les rendements obligataires ont basculé en territoire 
négatif en Europe, le Dow Jones a dévissé de 1.000 points en 
séance au mois d'août et la déconfiture des Bourses chinoises a 
transformé le recul des marchés émergents en débâcle. Dans un 
contexte de faiblesse de la croissance mondiale et de craintes 
persistantes de déflation, pas moins de 43 banques centrales ont 
assoupli leur politique monétaire. 
    L'ampleur et la rapidité de ces mouvements ont souvent pris 
les investisseurs de court, soulignant une certaine complaisance 
alimentée par des politiques monétaires ultra-accommodantes et, 
paradoxalement, un manque de liquidité sur les marchés. 
    Vous trouverez ci-dessous les dix temps forts sur les 
marchés en 2015 : 
     
    1. LE FRANC SUISSE S'AFFOLE 
    Le 15 janvier, la Banque nationale suisse a surpris les 
marchés en renonçant au cours plancher de 1,20 franc suisse pour 
un euro instauré trois ans auparavant, en pleine crise des 
dettes souveraines de la zone euro. La devise suisse a bondi de 
40%, l'euro touchant un plus bas record à 0,8500 franc.  
Abandon du cours plancher du franc : http://tmsnrt.rs/1HS8AdC  
     
    2. MINI KRACH SUR LE BUND 
    Le marché obligataire allemand, et avec lui les autres 
marchés obligataires européens, ont subi une violente correction 
en mai et juin après des mois de hausse qui avaient poussé les 
rendements à des niveaux proches de zéro. Le rendement du Bund à 
10 ans, tombé à un plus bas record de 0,05% le 17 avril, est 
ainsi remonté à près de 1% deux mois plus tard.  
Violente correction sur le Bund : http://reut.rs/1HS9Zkd 
     
    3. LES RENDEMENTS EUROPÉENS EN TERRITOIRE NÉGATIF 
    Faiblesse de l'inflation, programme d'achats massifs 
d'actifs de la banque centrale, chute des rendements 
obligataires et de la devise: la zone euro a connu en 2015 un 
scénario à la japonaise au point que le parallèle avec une 
économie nipponne empêtrée dans la stagflation depuis deux 
décennies a parfois été évoqué. Pour l'heure, 2.000 milliards 
d'euros de dettes souveraines de la zone euro, soit un tiers de 
l'encours total, offrent un rendement négatif. Le rendement des 
emprunts d'Etat allemands à deux ans est tombé à -0,45% et tous 
les emprunts d'Etat allemands de moins de sept ans de maturité 
affichent des rendements négatifs. 
Rendement d'Etat à 2 ans en Allemagne : http://reut.rs/1HSeBqv 
     
    4. DE L'ASSOUPLISSEMENT À TOUT VA À LA "GUERRE DES CHANGES"  
    Les marchés ont en partie évolué cette année au gré des 
anticipations d'un relèvement des taux directeurs de la Réserve 
fédérale américaine. Mais, l'assouplissement monétaire a régné 
en maître, pas moins de 43 banques centrales y recourant -- à 
plusieurs reprises pour certaines d'entre elles comme les 
banques centrales russe et chinoise.  
    La palme revient à la BCE avec l'annonce en janvier d'un 
programme de rachats d'actifs d'un montant total de 1.000 
milliards d'euros, mis en oeuvre en mars et étendu en décembre.  
    Les conséquences de ces assouplissements monétaires sur les 
devises ont ravivé les craintes d'une "guerre des changes". 
     
    5. OMBRES CHINOISES  
    Les inquiétudes sur l'ampleur du ralentissement économique 
en Chine ont culminé au cours de l'été, entraînant un plongeon 
de 45% des Bourses chinoises, une accélération des sorties de 
capitaux et une chute record des réserves de change. Les 
dégagements sur les actions chinoises ont été accentués par le 
sentiment des investisseurs que Pékin était dans l'incapacité de 
juguler la baisse malgré une série de mesures de soutien. La 
dévaluation surprise du yuan le 11 août a encore aggravé les 
inquiétudes sur la deuxième économie mondiale.  
La chute des Bourses chinoises : http://reut.rs/1NI4u3H 
Marges de fluctuation du yuan : http://link.reuters.com/seh45w 
Ralentissement chinois : http://reut.rs/1NI6SYg 
Dette du secteur privé non financier : http://reut.rs/1NI6qJv 
         
    6. LES ÉMERGENTS SUBMERGÉS 
    Le ralentissement de la croissance chinoise, la faiblesse 
des prix des matières premières et de l'énergie et les 
conséquences sur les flux de capitaux de la hausse attendue des 
taux directeurs américains se sont conjugués pour plomber les 
marchés émergents. Pratiquement aucune classe d'actifs ni aucun 
pays émergent n'y a échappé, avec des sorties nettes de capitaux 
pour la première année depuis 1998. Certains pays ont plus 
souffert que d'autres : les devises brésilienne, sud-africaine 
et turque sont tombées à des plus bas records et l'économie 
brésilienne a subi une contraction sans précédent.  
Réserves des banques centrales émergentes : 
http://link.reuters.com/seh45w 
PIB du Brésil : http://reut.rs/1NI91mS 
Dette du secteur privé non financier : http://reut.rs/1NI9ogZ  
Dollar et devises émergentes : http://link.reuters.com/jus35t 
     
    7. EXIT LE GREXIT 
    Athènes s'est une nouvelle fois dangereusement rapprochée 
d'une sortie de la zone euro après avoir fait défaut sur ses 
engagements auprès du Fonds monétaire international. Un 
référendum sur un troisième plan d'aide international s'est tenu 
fin juin après la rupture des négociations entre la Grèce et ses 
créanciers. Une période d'incertitude politique a suivi, 
accompagnée de l'instauration d'un contrôle des capitaux, et le 
très controversé ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a 
démissionné. Un accord a finalement été trouvé après plusieurs 
semaines de négociations mais les banques et la Bourse grecques 
ont du être fermées et l'incertitude a provoqué un regain de 
volatilité sur les marchés.  
Dépôts dans les banques grecques :  
http://link.reuters.com/dud38s 
Plongeon de la Bourse d'Athènes : http://link.reuters.com/dar38s 
Rendement d'Etat à deux ans en Grèce : http://reut.rs/1lqMS6i 
     
    8. CHUTE LIBRE POUR LE DOW JONES 
    Le 24 août, l'indice Dow Jones a accusé sa plus forte chute 
sur une séance en quatre ans, cédant plus de 1.000 points dans 
les premiers échanges et terminant sur un plongeon de 588 
points. Les inquiétudes sur l'économie chinoise après une chute 
de près de 9% le même jour de la Bourse de Shanghai avaient 
servi de détonateur. Le Dow a dévissé de plus de 10% sur la 
semaine.  
La chute du Dow Jones le 24 août : http://reut.rs/1lqQeX0 
     
    9. LA REVANCHE DU "TRIO TOXIQUE" 
    Il y a un an, les investisseurs ne se bousculaient pas pour 
acheter la dette de l'Argentine, du Venezuela et de l'Ukraine. 
Ces trois pays n'étaient pas baptisés le "trio toxique" sans 
raison. Mais ceux qui ont été assez audacieux pour le faire ne 
l'ont pas regretté. La dette ukrainienne a enregistré la 
meilleure performance de l'univers obligataire avec un retour de 
près de 50%, le Venezuela et l'Argentine s'adjugeant 
respectivement la deuxième et la troisième place. 
Performance obligataire du "trio toxique" :  
http://link.reuters.com/fac26w 
     
    10. LA FED ENFIN AU RENDEZ-VOUS ?  
    Après bien des hésitations, la Réserve fédérale semble 
désormais prête à relever ses taux directeurs pour la première 
fois depuis juin 2006. Le coup d'envoi de la hausse des taux est 
attendu le 16 décembre et les marchés se sont déjà ajustés en 
perspective. Le dollar a atteint son plus haut niveau depuis 13 
ans, la courbe des taux américaine s'est aplatie, Wall Street 
plafonne et les marchés émergents ont accusé le coup.  
La courbe des taux américaine : http://link.reuters.com/gab44s 
Dollar et taux des fed funds : http://link.reuters.com/muc27s 
      
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux