RPT-France-Ouverture du procès d'Eric Woerth pour trafic d'influence

le
0

(Modifie formulation au § 4) * Le parquet a requis la relaxe dans un premier procès * Il a la même position pour ce second procès BORDEAUX, 23 mars (Reuters) - Un mois après avoir comparu dans le cadre du dossier des abus de faiblesse dont aurait été victime Liliane Bettencourt, l'ancien ministre UMP Eric Woerth est revenu lundi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour trafic d'influence. Le parquet a requis la relaxe du trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 dans le premier procès, pour lequel la décision sera connue le 28 mai. Dans le deuxième, le gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal, Patrice de Maistre, est prévenu pour trafic d'influence actif. Il est soupçonné d'avoir embauché en 2007 Florence Woerth, l'épouse de l'ancien ministre du Budget alors en fonction, dans sa société Clymène chargée de la gestion des avoirs de Liliane Bettencourt en échange de sa nomination au grade de Chevalier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur. Eric Woerth, prévenu de trafic d'influence passive, lui avait personnellement remis la médaille le 23 janvier 2008. Le parquet avait requis un non-lieu pour les deux hommes au terme de l'instruction, estimant que "le lien de corrélation entre les deux faits -- condition nécessaire à la caractérisation du délit -- n'est pas formellement démontré". Florence Woerth a démissionné le 28 juin 2010 de son poste de directrice recherches et investissements chez Clymène, l'une des deux sociétés avec Téthys dirigées par Patrice de Maistre jusqu'au 31 décembre 2010 et dont la mission était de gérer les avoirs de la milliardaire. L'enquête avait démarré à la suite de la révélation des enregistrements effectués clandestinement au domicile de Liliane Bettencourt par son majordome Pascal Bonnefoy en 2009 et 2010. PEINE MAXIMALE DE 10 ANS DE PRISON L'un de ces enregistrements concerne un entretien entre Patrice de Maistre et la milliardaire au cours duquel est évoqué le recrutement de Florence Woerth. Les juges évoqueront également les échanges de correspondance entre les deux hommes, et leurs liens sur le plan politique déjà débattus lors du procès précédent, l'ex-gestionnaire de fortune faisant partie du "Premier cercle" des donateurs de l'UMP dont Eric Woerth était le trésorier, et ayant participé légalement au financement des campagnes électorales de Nicolas Sarkozy et de l'ancien ministre. Eric Woerth et Patrice de Maistre encourent une peine maximale de dix ans de prison et 150.000 euros d'amende. Dans le premier procès pour abus de faiblesse, le parquet a requis la relaxe d'Eric Woerth estimant que rien ne prouvait que Patrice de Maistre lui avait remis des sommes d'argent en liquide venant de comptes en Suisse de Liliane Bettencourt pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy. Pour Patrice de Maistre, il s'est dit convaincu de sa culpabilité, demandant une peine de 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis et une amende de 375.000 euros pour avoir bénéficié de libéralités de la part de la milliardaire à hauteur de plus de 8 millions d'euros. Il a par ailleurs a également requis la peine maximale de 3 ans de prison et 375.000 euros d'amende contre le photographe François-Marie Banier, poursuivi pour avoir bénéficié des largesses de Liliane Bettencourt à hauteur de plus de 400 millions d'euros. Les 8 et 9 juin, un autre volet de cette tentaculaire affaire viendra devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. La juge Isabelle Prévost-Desprez aura à répondre de violation du secret professionnel pour des fuites présumées sur l'affaire en direction de deux journalistes du Monde en septembre 2010. (Claude Canellas, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant