RPT-Energie et résultats rapprochent Wall Street de ses records

le , mis à jour le
0
    * Le Dow a gagné 0,27% et le S&P-500 0,31%, le Nasdaq a cédé 
0,4% 
    * Le pétrole en soutien avec la grève au Koweït 
    * Des résultats meilleurs qu'attendu ont porté le Dow et le 
S&P 
    * Le S&P à moins de 2% de son plus haut historique 
 
 (Répétition sans changement d'une dépêche diffusée mardi) 
    par Noel Randewich 
    NEW YORK, 20 avril (Reuters) - Les indices Dow Jones et 
Standard & Poor's-500 de la Bourse de New York se sont 
rapprochés de leurs records historiques mardi grâce à la 
remontée du pétrole et aux résultats de plusieurs poids lourds 
de la cote, comme Johnson & Johnson ou Goldman Sachs. 
    Le Dow Jones  .DJI  a gagné 49,44 points, soit 0,27%, à 
18.053,60 et le Standard & Poor's-500  .SPX  a pris 6,46 points  
(+0,31%) à 2.100,80 tandis que le Nasdaq Composite  .IXIC  
reculait de 19,69 points (-0,4%) à 4.940,33. 
    Le S&P-500, passé dans le rouge en matinée avant de se 
reprendre, n'avait pas fini au-dessus du seuil de 2.100 points 
depuis le 1er décembre. Il n'est désormais plus qu'à 1,6% de son 
record historique de mai dernier à 2.134,72.  
    Le Dow, lui, est parvenu à rester au-dessus du seuil des 
18.000 points, dépassé lundi pour la première fois depuis neuf 
mois. Son record historique, à 18.351,36, remonte lui aussi à 
mai dernier.  
    Le Nasdaq a pour sa part été plombé par la chute de plus de 
23% d'Illumina  ILMN.O , un spécialiste des tests de diagnostic 
dont les résultats inférieurs aux attentes ont été lourdement 
sanctionnés.  
    Sur le marché pétrolier, le baril de brut léger américain 
(West Texas Intermediate, WTI) a fini la journée en hausse de 
près de 3%, la poursuite de la grève dans le secteur au Koweït, 
qui ampute la production de ce membre de l'Opep, faisant plus 
que compenser l'impact de la réunion de dimanche à Doha.  
    Le groupe pétrolier Chevron  CVX.N  a pris 1,82%, 
Schlumberger  SLB.N  2,83%. 
    Le rebond du pétrole et les indicateurs récents suggérant 
une amélioration lente mais continue de la conjoncture aux 
Etats-Unis ont favorisé la remontée des actions, permettant au 
S&P-500 de repasser en territoire positif sur 2016.  
    Mais le marché reste très prudent sur les résultats 
financiers publiés par les entreprises. Les profits du S&P-500 
sont attendus en recul de 7,6% en moyenne au premier trimestre 
et les chiffres d'affaires en baisse de 1,3%, à cause notamment 
des difficultés du secteur de l'énergie, selon le consensus 
Thomson Reuters I/B/E/S. 
     
    IBM ET NETFLIX SANCTIONNÉS 
    Le S&P se traite actuellement autour de 17,8 fois les 
bénéfices attendus, au plus haut depuis 2004 selon Thomson 
Reuters Datastream.  
    "Les investisseurs sont particulièrement attentifs au 
chiffre d'affaires", explique Chuck Self, responsable des 
investissement d'iSectors. "Après toutes les réductions de coûts 
des cinq dernières années, on commence maintenant à voir 
certains chiffres d'affaires augmenter." 
    De ce point de vue, Johnson & Johnson  JNJ.N  a été favorisé 
ce mardi, son action gagnant 1,58% après des résultats 
supérieurs au consensus et le relèvement de ses prévisions. 
  
    Goldman Sachs  GS.N , de son côté, a pris 2,28%, son 
bénéfice, certes en baisse, étant meilleur qu'anticipé. 
  
    Lanterne rouge du Dow, IBM  IBM.N  a cédé 5,59% après 
l'annonce lundi soir de son plus mauvais chiffre d'affaires en 
14 ans, le groupe informatique ne parvenant toujours pas à 
compenser la baisse de ses activités historiques.   
    Quant à Netflix  NFLX.O , il a décroché de 12,97% après des 
prévisions de croissance de son portefeuille d'abonnés 
inférieures aux projections des analystes financiers. 
  
    Dans les transactions hors séance après la clôture, Intel 
 INTC.O  cédait plus de 2,5% en réaction à l'annonce de 12.000 
suppressions de postes et d'une révision en baisse de sa 
prévision de croissance du chiffre d'affaires annuel. 
  
    Yahoo  YHOO.O  gagnait près de 1% après un chiffre 
d'affaires un peu moins dégradé qu'attendu.   
    Sur le marché des changes, le dollar a cédé du terrain, 
victime du regain d'appétit des investisseurs pour le risque et 
des anticipations d'une poursuit du statu quo de la Réserve 
fédérale, dont le comité de politique monétaire se réunit la 
semaine prochaine.  
    L'euro s'échangeait en fin de journée à 1,1360 dollar, en 
hausse de 0,4%.  
    Le marché obligataire américain a lui reculé face à la 
progression des actions et avant la Fed. Le rendement des 
Treasuries à dix ans est ainsi remonté à 1,79%  US10YT=RR  
contre 1,77% lundi.  
      
 
 (avec Abhiram Nandakumar; Marc Angrand pour le service 
français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant