RPT-ENCADRE-France-De nouvelles figures au gouvernement

le , mis à jour à 19:57
0
 (Répétition technique) 
    PARIS, 11 février (Reuters) - François Hollande a mis en 
avant jeudi, à la faveur du remaniement gouvernemental, une 
nouvelle génération de femmes censée incarner le renouvellement 
pour les électorats socialiste et écologistes : 
       
    * AUDREY AZOULAY  
    Conseillère pour la Culture et la Communication de François 
Hollande depuis septembre 2014, elle accède à 43 ans aux 
fonctions de ministre de la Culture et de la Communication. 
    Elle est la fille du conseiller des souverains marocains 
Hassan II et Mohammed VI, André Azoulay, et de l'écrivaine Katia 
Brami. Réputée proche de la comédienne Julie Gayet, la compagne 
du chef de l'Etat, elle avait fait la connaissance de François 
Hollande lors d'une visite au Mexique en avril 2014. Elle avait 
succédé à David Kessler quelques mois plus tard à l'Elysée. 
    Multidiplômée, elle a été élève de l'Ena dans la même 
promotion que Fleur Pellerin, à laquelle elle succède. 
    Audrey Azoulay, dont les collaborateurs saluent l'énergie et 
l'entregent, a une parfaite connaissance du milieu du cinéma - 
elle a été directrice générale déléguée du Centre national du 
cinéma (CNC). Elle avait figuré en Une de L'Obs l'an dernier au 
nombre des membres de "La jeune garde du président". 
     
    * BARBARA POMPILI  
    Députée écologiste de la Somme depuis 2012, elle devient à 
40 ans secrétaire d'Etat aux Relations internationales sur le 
climat, chargée de la biodiversité, auprès de Ségolène Royal. 
    Comme François de Rugy et Jean-Vincent Placé, qu'elle 
retrouve au gouvernement, elle a quitté Europe Ecologie-Les 
Verts (EElV) en septembre dernier pour dénoncer le "sectarisme" 
du parti et l'alliance avec le Front de gauche aux élections 
régionales de décembre, profitable selon elle au Front national. 
    Depuis le départ de Cécile Duflot et Pascal Canfin du 
gouvernement en mars 2014, elle plaidait pour la présence 
"d'écologistes réformistes au gouvernement". Elle avait déploré 
cette semaine que Cécile Duflot, membre du groupe EELV qu'elle 
coprésidait avec François de Rugy à l'Assemblée, évoque le 
régime de Vichy lors du débat sur la déchéance de nationalité. 
    Native du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, cette 
"bûcheuse" est spécialisée dans les questions d'énergie. 
    Diplômée de Sciences Po Lille, elle avait été enrôlée comme 
"petite main", selon ses termes, dans la campagne présidentielle 
du Vert Noël Mamère en 2002. Elle a fait ses armes auprès du 
député Yves Cochet, qu'elle présente comme son "père politique", 
en qualité d'attachée parlementaire de 2002 à 2007. 
     
    * JULIETTE MÉADEL  
    A 41 ans, l'ex-porte-parole du Parti socialiste voit son 
ascension éclair couronnée par un secrétariat d'Etat 
nouvellement créé, celui de l'Aide aux victimes, qui sera 
notamment dédié aux victimes des attentats du 13 novembre. 
    Avocate de profession, spécialisée en droit des sociétés 
commerciales et en droit pénal des affaires, elle était entrée à 
la Cour des comptes à sa sortie de l'Ena, avait participé à la 
campagne de Ségolène Royal en 2007 puis avait été chargée de la 
petite enfance et de la lutte contre les discriminations dans 
l'équipe de François Hollande en 2012. 
    Dans une interview en juillet 2014, cette social-démocrate 
disait s'imaginer ministre de Matteo Renzi, le président du 
Conseil italien, et rêver d'un "ministère des Finances et de la 
régulation des marchés". 
     
    * ERICKA BAREIGTS  
    Cette députée de 48 ans, élue de la première circonscription 
de La Réunion depuis 2012, est nommée secrétaire d'Etat à 
l'Égalité réelle, un nouveau portefeuille dont la vocation est 
d'assurer une égalité économique entre l'outre-mer et la 
métropole. 
    En septembre dernier, elle avait été applaudie à l'Assemblée 
par les députés de gauche après avoir critiqué dans une question 
à Manuel Valls les propos de Nadine Morano (Les Républicains) 
sur la France "pays de race blanche". "Pour moi, députée noire 
de la République, la France de Mme Morano n'est pas la mienne". 
    "Marianne n'a pas de race. Marianne, madame la députée, vous 
l'avez incarnée", lui avait répondu le Premier ministre. 
    Née à Saint-Denis de la Réunion, spécialisée dans le droit 
des affaires, elle a fait toute sa carrière dans la fonction 
publique. 
     
    * ESTELLE GRELIER  
    La nouvelle secrétaire d'Etat chargée des collectivités 
territoriales hérite d'un dossier qu'elle connaît bien pour 
avoir été secrétaire nationale du PS chargée du pôle "justice 
sociale et cohésion territoriale".  
    A 42 ans, cette députée de Seine-Maritime, étiquetée 
fabiusienne, est diplômée de l'institut d'études politiques de 
Grenoble et titulaire d'un DESS études germaniques et 
européennes.  
    Députée européenne de 2009 à 2012, elle a été élue en 
juillet 2015 présidente du conseil d'administration de Business 
France, fusion d'Ubi France et de l'Agence française des 
investissements internationaux (Afii).  
    A l'automne dernier, elle était montée en première ligne  
pour dénoncer la réforme de la dotation globale de 
fonctionnement (DGF). Le texte, critiqué par des dirigeants de 
collectivités locales de droite comme de gauche, a été reporté 
au 1er janvier 2017.     
     
    * HELENE GEOFFROY  
    La nouvelle secrétaire d'Etat chargée de la Ville auprès du 
ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Patrick 
Kanner, était députée du Rhône depuis 2012 et maire de 
Vaulx-en-Velin depuis 2014.  
    Agée de 45 ans, cette mère de deux enfants originaire de 
Guadeloupe a été pendant plusieurs années secrétaire nationale 
du PS à la lutte contre l'exclusion. En 2013, elle est nommée 
représentante de l'Assemblée nationale à l'Agence nationale pour 
la cohésion sociale et l'égalité des chances (ACSE). 
    Cette docteur de l'école Polytechnique est opposée à 
l'extension de la déchéance de nationalité. 
    "Quand nous avons nous-mêmes enfanté les monstres, comment 
pouvons nous fuir nos responsabilités?", a-t-elle dit lundi soir 
dans son intervention devant l'Assemblée nationale. Elle a voté 
contre l'ensemble du projet de loi constitutionnelle. 
 
 (Sophie Louet et Marine Pennetier avec Emile Picy, édité par 
Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant