RPT-Détente des taux longs après l'emploi américain

le
0
BAISSE DES TAUX LONGS SUR LES MARCHÉS OBLIGATAIRES
BAISSE DES TAUX LONGS SUR LES MARCHÉS OBLIGATAIRES

Bien lire Syrie et non Russie au dernier paragraphe

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - Les taux longs se sont détendus vendredi après-midi de part et d'autre de l'Atlantique, celui du Bund 10 ans passant franchement sous 2% et le Treasury 10 ans sous 2,9% après l'annonce d'un nombre de créations d'emploi inférieur aux attentes aux Etats-Unis en août.

Toutefois, ces chiffres jugés "mitigés" ne permettent pas d'écarter ou de renforcer la probabilité que la Réserve fédérale donne le coup d'envoi d'une sortie progressive de sa politique ultra-accommodante lors de la réunion de son comité de politique monétaire (FOMC) des 17 et 18 septembre.

Le nombre de créations d'emploi a atteint 169.000 en août contre 180.000 attendus et 104.000 en juillet - un chiffre révisé en baisse après avoir été annoncé à 162.000 - et le taux de chômage a reculé de 0,1 point de pourcentage à 7,3%.

"Ce rapport mitigé devrait alléger la pression sur les marchés obligataires et soulager les craintes de voir la Fed être en arrière de la courbe (...) Cela dit (...) c'est difficile de tirer des conclusions d'une telle statistique", souligne Rob Carnell, économiste chez ING Financial Markets qui estime qu'il y a de "bonnes raison de penser que les créations d'emploi seront plus fortes le mois prochain".

Alexandra Estiot, économiste chez BNP Paribas, explique que "si le taux de chômage recule (7,3%), c'est uniquement grâce à la nouvelle baisse du taux d'activité".

"Le QE3 va très certainement continuer au rythme actuel jusqu'au mois de décembre", ajoute-t-elle dans une note. Le QE (quantitative easing ou assouplissement quantitatif) consiste, pour la Fed, à injecter massivement des liquidités, via des achats obligations d'Etat et hypothécaires, à raison de 85 milliards de dollars par mois.

En mai dernier, le président de la Fed Ben Bernanke a semé le trouble sur les marchés en annonçant qu'en fonction de l'évolution d'une conjoncture en voie d'amélioration, la banque centrale pourrait commencer à réduire ces achats en vue d'y mettre fin à la mi 2014.

"Ce ne serait pas très sage de dire que la réduction (du QE) est écartée en septembre mais le rapport sur l'emploi donne à réfléchir et le QE pourrait finalement durer un peu plus longtemps qu'anticipé", observe Ishaq Siddiqi, stratégiste de marché ETX Capital.

Vers 16h, le rendement du Treasury américain à 10 ans, qui avait franchi la barre des 3% jeudi, se détendait de 10 points de base à 2,89%.

Détente également des rendements des obligations d'Etat des pays du noyau dur de la zone euro : celui du Bund allemand à 10 ans, qui dans la matinée encore se situait au-dessus de 2%, se traitait à 1,94% et celui de l'OAT française à 2,54% (-9 pdb).

Juste après la publication des statistiques sur l'emploi, les Bourses européennes sont montées mais elles sont repassées dans le rouge après des déclarations du président Vladimir Poutine confirmant son soutien à la Syrie.

Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant