RPT AVANT-PAPIER-La Fed pourrait briser l'élan de Wall Street

le , mis à jour le
0
 (Répétition sans changement d'une dépêche transmise dimanche)) 
    * Le rebond de la Bourse menacé par la Réserve fédérale 
    * Les marchés parient sur un statu quo de la banque centrale 
    * Le calendrier des hausses futures fait débat 
 
    par Lewis Krauskopf 
    NEW YORK, 14 mars (Reuters) - Wall Street reprend des 
couleurs depuis un mois mais la poursuite de son élan dépend en 
partie de ce que dira mercredi la Réserve fédérale sur les 
hausses de taux à venir. 
    Le Dow Jones  .DJI  et le Standard & Poor's 500  .SPX  ont 
clôturé vendredi à leur plus haut de l'année, Wall Street 
profitant notamment de la bonne impression laissée aux 
investisseurs par les mesures de stimulation annoncées la veille 
par la Banque centrale européenne.   
    Les traders vont maintenant porter leur attention sur la 
réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale qui se 
tiendra mardi et mercredi. 
    La Fed devrait dire dans son communiqué de mercredi qu'elle 
ne touche pas à son principal taux directeur, qu'elle a relevé 
en décembre pour la première fois depuis près de 10 ans. 
    "Tout le monde agit et pense en fonction d'une absence 
d'initiative de la Fed. Si initiative il devait y avoir, je 
pense qu'elle aurait un effet négatif sur le marché", avance le 
trader Jonathan Corpina (Meridian Equity Partners). 
    Les économistes interrogés par Reuters s'attendent désormais 
à une hausse de taux en juin puis une autre avant la fin de 
l'année, soit deux hausses au total en 2016 au lieu des quatre 
initialement suggérées par la banque centrale américaine. 
    "Les marchés vont analyser le communiqué de la Fed pour se 
forger une conviction sur la date qu'elle choisira pour la 
prochaine hausse", dit le trader Walter Todd (Greenwod Capital 
Associates). 
     
    UNE RÉCESSION ÉCARTÉE 
    Si les marchés ne s'attendent pas à voir la Fed relever ses 
taux dès mercredi, ils veulent des indices sur le calendrier des 
prochaines hausses. Et si jamais la Fed suggère qu'elle pourrait 
aller plus vite que ce à quoi ils s'attendent, l'élan de Wall 
Street pourrait être brisé, pour un temps au moins. 
    Le rebond récent des marchés     actions après un début 
d'année turbulent ne repose cependant pas simplement sur la 
politique monétaire. 
    Les fluctuations du pétrole jouent un rôle majeur et le fait 
que les cours du brut soient en territoire positif depuis le 
début de l'année avec un baril de Brent  LCOc1  à nouveau 
au-dessus de 40 dollars est un puissant facteur de soutien. 
    La stabilisation des cours d'autres ressources de base et 
l'apaisement des craintes entourant les économies chinoise et 
américaine soutiennent également les indices. 
    Les indicateurs récents écartent le scénario d'une récession 
au Etats-Unis, plaidant au contraire pour la reprise de la 
première économie du monde.  
    Mais si les preuves de la bonne santé de l'économie 
américaine s'accumulent, la Fed pourrait accélérer sur la voie 
du resserrement et freiner du même coup l'enthousiasme des 
marchés financiers. 
    "Les marchés ont grimpé parce que nous avons eu des preuves 
qu'il n'y avait pas de récession, et nous nous attendions à une 
récession", explique Jim Paulsen (Wells Capital Management). 
    "Mais au bout du compte, si l'économie américaine va bien, 
la question de la hausse des taux va se poser". 
     
 
 (Patrick Vignal pour le service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant