Royaume-Uni : les rejets de demandes d'asile rapportent aux fonctionnaires

le
0
Royaume-Uni : les rejets de demandes d'asile rapportent aux fonctionnaires
Royaume-Uni : les rejets de demandes d'asile rapportent aux fonctionnaires

Primes en espèces, vacances supplémentaires, bons d'achat,... Les fonctionnaires du «Home Office», le ministère de l'Intérieur britannique, sont choyés... pour refuser un maximum de demandes d'asile, selon une information du Guardian.

L'objectif assigné aux agents du département «immigration» : débouter plus de 70% de demandeurs d'asile qui font l'objet d'une obligation de quitter le territoire. Interrogé sur ce sujet par le quotidien britannique, le ministère confirme que des chèques-cadeaux de 25 à 50 livres (30 à 60 euros) sont distribués en «reconnaissance d'une performance positive sur une courte période», y compris lorsque les fonctionnaires «dépassent leurs objectifs du mois».

Le «Home Office» justifie cette politique en précisant que «le refus des demandes de droit d'asile» ne constitue qu'un critère de performance parmi d'autres. Sous-entendu, les agents sont aussi évalués sur la qualité de leurs exposés, la force de leur argumentation et leur respect des directives officielles.

«Une incitation claire à de mauvaises pratiques»

«Si le Home Office distribue vraiment des bons d'achats aux fonctionnaires qui font en sorte que les demandeurs d'asile soient déboutés en appel, on tombe vraiment bas», s'est indigné la parlementaire Sarah Theater, interrogé par le Guardian. «Cela va totalement contre l'esprit du système, basé sur une procédure équitable pour ceux qui cherchent à échapper à la guerre et aux persécutions.»

James Packer, un avocats spécialisé dans les cas d'immigration, a annoncé que son cabinet comptait porter l'affaire en justice car ces gratifications constituent «une incitation claire à de mauvaises pratiques». «Je suis consterné par ce taux de succès obligatoire de 70%. Nous estimons que ces mesures sont autant illégales qu'immorales», a-t-il ajouté.

Il soupçonne également les fonctionnaires de rejeter les dossiers de demandes d'asile qui ont de grandes chances ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant