Royaume-Uni : les patrons des entreprises cotées gagnent 183 fois le salaire moyen

le
6
Royaume-Uni : les patrons des entreprises cotées gagnent 183 fois le salaire moyen
Royaume-Uni : les patrons des entreprises cotées gagnent 183 fois le salaire moyen

Des chefs d'entreprise de plus en plus riches et des écarts de richesse de plus en plus importants. Les patrons des grands groupes cotés en bourse à Londres (Royaume-Uni) ont gagné 183 fois le salaire d'un employé britannique moyen en 2014, creusant un peu plus l'écart entre les deux, selon un rapport du centre d'études High Pay Centre publié ce lundi.

Les directeurs généraux des cent entreprises faisant partie de l'indice FTSE-100 des principales valeurs de la Bourse de Londres (l'équivalent du Cac 40 français) ont ainsi été payés en moyenne 4,964 millions de livres (6,98 millions d'euros) l'an dernier, contre 4,923 millions de livres (6,92 millions d'euros) en 2013 et 4,123 millions (5,8 millions d'euros) en 2010.

En 2014, les revenus de ces grands patrons ont ainsi représenté 183 fois la paie moyenne d'un employé à plein temps au Royaume-Uni. Les patrons gagnaient 182 fois plus en 2013 et 160 fois plus en 2010, selon l'étude du High Pay Center. De plus, ils perçoivent généralement, en supplément de leur salaire, des bonus, des stock-options et d'autres avantages.

«Des rémunérations au-delà du raisonnable»

«Les rémunérations de cette taille vont bien au-delà de ce qui est raisonnable ou nécessaire pour récompenser ou encourager les dirigeants», a estimé Deborah Hargreaves, directrice du centre d'étude, qui se présente comme non-partisan. Les actionnaires ont cependant le pouvoir de faire entendre leur opposition lors des assemblée générales, ce qui arrive parfois : une majorité a ainsi voté contre la paie du patron du groupe de luxe Burberry l'an dernier. Mais en moyenne seulement 6,4% des actionnaires ont voté contre les rémunérations des patrons des entreprises du FTSE-100.

«L'inégalité a atteint des niveaux stratosphériques», a réagi Frances O'Grady, la secrétaire générale de la confédération syndicale TUC. «Après des années de chute du niveau de vie, c'est une honte que les dirigeants ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le lundi 17 aout 2015 à 17:14

    Faut gagner beaucoup d'argent au royaume uni pour avoir les moyens d'être pauvre.

  • M8252219 le lundi 17 aout 2015 à 15:28

    la démesure créer un déséquilibre, le déséquilibre est indispensable pour aller de l'avant, quand il devient trop important c'est la chute assurée.

  • surfer1 le lundi 17 aout 2015 à 15:26

    Jamais bon quand les régisseurs se comportent en propriétaires.

  • M5062559 le lundi 17 aout 2015 à 15:25

    Il faut rajouter que la grande majorité de ces dirigeants sont salariés. En terme de salaire c'est la loi de l'offre et de la demande qui s'impose. Il y a des excès. Il faut que les actionnaires en assemblée générale aient leur mot à dire. Cependant, en tant qu'actionnaire, on est tenté, et c'est logique, de bien payer quelqu'un qui fait du bon boulot !

  • mucius le lundi 17 aout 2015 à 15:16

    Taux de chomage au Royame Uni = 5.3%? Ya peut-être un lien?

  • SM7 le lundi 17 aout 2015 à 15:09

    C'est très tendance depuis quelques années et pas seulement en Angleterre.