Royaume-Uni : le risque d'une sortie

le
3
Le 23 juin, les Britanniques répondront par référendum à cette question : «Le Royaume-Uni doit-il rester un pays membre de l'Union européenne ?» (© Parlement européen)
Le 23 juin, les Britanniques répondront par référendum à cette question : «Le Royaume-Uni doit-il rester un pays membre de l'Union européenne ?» (© Parlement européen)

Début 2016, la perspective d’un «Brexit» n’était qu’un risque parmi d’autres, moins menaçant que la chute des cours du pétrole ou le ralentissement de la Chine. Mais l’échéance se rapproche et l’anxiété des investisseurs grandit. Le 23 juin, les Britanniques répondront par référendum à cette question : «Le Royaume-Uni doit-il rester un pays membre de l’Union européenne ?»

Le premier ministre conservateur, David Cameron, votera «oui», comme les dirigeants des partis d’opposition, travaillistes et libéraux. Mais une partie des conservateurs défend la sortie de l’Union européenne, dont plusieurs ministres et l’influent maire de Londres, Boris Johnson. L’annonce de son ralliement au «non», fin février, a fait chuter la livre sterling. Pour l’heure, les sondages donnent une courte avance au oui.

15% du PIB européen

Le Royaume-Uni dispose d’un système bancaire stable et d’une économie performante. Le chaos que redoutaient les investisseurs lorsque la Grèce était au bord du divorce avec l’Union européenne (le «Grexit») n’est pas à craindre en cas de «Brexit» : «Il n’y aura ni panique bancaire ni contrôle des capitaux», estime Bruno Cavalier, économiste chez Oddo.

Mais le Royaume-Uni est une économie autrement plus importante que la Grèce pour l’Union européenne. Elle représente 15% de son produit intérieur brut (2% pour la Grèce), 7% de ses échanges commerciaux

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga il y a 9 mois

    la volonté d'un peuple.

  • laurus il y a 9 mois

    Brexit ? Just do it !

  • ccondem1 il y a 9 mois

    Aucune importance, puisqu'en cas de "non", on les refera voter