Royaume-Uni. Le prince Charles dans le collimateur des défenseurs des écureuils

le
0
Royaume-Uni. Le prince Charles dans le collimateur des défenseurs des écureuils
Royaume-Uni. Le prince Charles dans le collimateur des défenseurs des écureuils

Voilà un débat que seuls nos voisins britanniques peuvent inventer. «Tous les écureuils naissent libres et égaux et ont un même droit au bonheur» (sic), a insisté vendredi l'organisation de défense des animaux PETA, outrée par un projet d'éradication des petits mammifères de couleur grise pour préserver les roux sur les terres écossaises du prince Charles.

«Tous les écureuils ressentent la douleur, apprécient de fonder une famille et veulent vivre sans considération de couleur», écrit PETA dans un vibrant plaidoyer. Dans son communiqué, l'organisation fait valoir que les hommes et non les écureuils -accusés d'écorcer les arbres-- sont responsables de la déforestation.

Et elle dénonce la discrimination exercée à l'encontre des écureuils gris originaires d'Amérique du Nord et considérés comme des «scélérats», face à leurs congénères roux natifs du Royaume-Uni.

Une invasion qui date du XIXe siècle.

C'est un banquier qui aurait importé en Grande-Bretagne un couple de Sciurus carolinensis, à la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui leur population avoisinerait les cinq millions d'individus.

Les roux ne seraient plus que 120 à 140.000, du fait de la concurrence des cousins d'Amérique qui les chassent de leurs nids et véhiculent un virus mortel contre lequel ils sont immunisés.

Le projet de régulation des écureuils gris à Dumfies House a reçu la bénédiction de l'héritier au trône britannique, le prince Charles du gouvernement et de la Société Royale Forestière.

Il s'agit de prendre au piège les petits rongeurs particulièrement implantés en Ecosse dans des cages, avant de les occire «de manière humaine» a expliqué au quotidien The Guardian Charles Kinnoull, patron du Trust pour la Survie des Ecureuils Roux (TSER). Le TSER fait partie des innombrables associations placées sous le haut patronage du prince Charles.

«Quand une espèce est en voie de disparition du fait de la surabondance ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant