Royaume-Uni : le maire de Londres appelle à débarquer Corbyn du Labour

le
0
Royaume-Uni : le maire de Londres appelle à débarquer Corbyn du Labour
Royaume-Uni : le maire de Londres appelle à débarquer Corbyn du Labour

Le maire de Londres appelle à déboulonner le patron du parti travailliste, Jeremy Corbyn, à la veille du début des élections pour la tête du Labour. «Si Jeremy reste leader, il est extrêmement peu probable que le Labour gagne les prochaines élections», souligne  Sadiq Khan dans une tribune cinglante publiée par The Observer, l'édition du dimanche du quotidien de centre-gauche The Guardian.

«Jeremy a montré qu'il était incapable de gagner la confiance et le respect du peuple britannique, insiste-t-il. Sa cote de popularité est à un plus bas historique pour un leader de l'opposition. Il a perdu le soutien de plus de 80% des députés travaillistes. Nous ne pouvons tout simplement pas continuer comme ça.»

 

Cette sortie intervient alors que le processus de vote pour élire le nouveau leader du parti travailliste s'ouvre lundi. Les militants auront jusqu'au 21 septembre pour voter. Le résultat doit être annoncé trois jours plus tard pendant un congrès extraordinaire du parti à Liverpool, au nord-ouest de l'Angleterre.

 

Elu triomphalement en septembre 2015 avec 59,5% des suffrages des militants, Jeremy Corbyn, 67 ans, doit se soumettre à un nouveau vote après une rébellion d'une grande majorité des députés du parti. Le vétéran radical de l'aile gauche du parti, qui reste favori à sa réélection grâce au soutien des militants et des syndicats, affronte le député gallois Owen Smith, 46 ans, qui a reçu le soutien dimanche de Sadiq Khan, neutre jusque-là.

 

Comme les autres frondeurs, le maire de Londres reproche à Jeremy Corbyn d'avoir trop mollement défendu le maintien dans l'UE lors du référendum du 23 juin. «Il a complètement échoué à montrer le leadership dont on avait désespérément besoin. Comment imaginer que ce soit différent lors d'élections législatives ?», déplore-t-il.

«Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre davantage de temps avec nos querelles internes. Nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant