Royaume-Uni : le joli mois de mai de Theresa May

le , mis à jour le
0
Theresa May devrait succéder au Premier ministre David Cameron, qui avait annoncé sa démission le 24 juin, juste après l'annonce du résultat du référendum sur l'Union européenne.
Theresa May devrait succéder au Premier ministre David Cameron, qui avait annoncé sa démission le 24 juin, juste après l'annonce du résultat du référendum sur l'Union européenne.

Si Agatha Christie était encore de ce monde, cela lui aurait peut-être inspiré un remake des Dix Petits Nègres. Au terme d'une course par élimination jalonnée de coups de théâtre, Theresa May reste à ce jour seule en course pour la direction du parti conservateur britannique. Donc, pour le poste de Premier ministre, l'un allant avec l'autre quand une formation dispose de la majorité à la Chambre des communes.

Boris Johnson avait été contraint de jeter l'éponge ; son tombeur et ancien associé « Brexiter » Michael Gove a été éliminé la semaine dernière ; ne restaient plus que les deux finalistes, Theresa May et l'inattendue Andrea Leadsom. Celle-ci vient à son tour de renoncer, arguant du fait que le parti « a urgemment besoin d'une direction forte », ce qui signifie, en bon anglais, que les consultations du week-end l'ont convaincue qu'elle n'avait aucune chance face à l'actuelle ministre de l'Intérieur.

CV enjolivé et maladresses

Non seulement l'expérience parlementaire et ministérielle de la secrétaire d'État à l'Énergie semblait un peu juste pour lui permettre de prendre les rênes du pays, a fortiori dans un contexte aussi mouvant, mais elle a en outre multiplié les maladresses. D'abord, en enjolivant quelque peu son CV et son expérience dans le monde de la finance où elle ?uvrait précédemment. Puis, en soulignant grossièrement qu'elle était mère de famille, alors que Theresa May...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant